INTERVIEW. La France bat actuellement des records de chaleur pour la saison et plusieurs départements sont en alerte sécheresse. Alors que le changement climatique suscite l'inquiétude, Régis Crépet, météorologue pour La Chaîne Météo, nous informe sur les risques d'une canicule pour l'été 2022.
Été 2022 : quels sont les risques de canicule ?IllustrationAdobe Stock
Sommaire

Nous ne sommes qu’au mois de mai et des records de chaleur ont déjà été enregistrés avec des températures exceptionnelles à travers le pays pour la saison. En cause ? Le réchauffement climatique, qui modifie notre quotidien et bouleverse notre environnement. Pour Planet, le météorologue Régis Crépet de La Chaîne Météo, propose des éclaircissements sur la situation qui nous attend cet été.

Météo : des records de températures en mai

En intensité comme en durée, la France connaît actuellement des records de températures. Selon Météo France, le mois de mai 2022 s’impose ainsi comme le plus chaud jamais enregistré en France. Avec une température moyenne supérieure aux normales saisonnières de 3 degrés, le record de mai 2011 a été très largement battu.

Tous les départements sont concernés par ces données, y compris les plus épargnés, en temps normal, par les vagues de chaleur, comme la Bretagne. Météo France s’alarme donc de cet “épisode de chaleur exceptionnel par sa précocité, sa durée et son étendue géographique.” Les agriculteurs sont, quant à eux, inquiets pour leur récolte et la perspective d’un été placé sous le signe des fortes chaleurs.

Tandis que particuliers et professionnels craignent une nouvelle canicule à l’été 2022, le météorologue Régis Crépet nous apporte des précisions sur cette perspective et nous dévoile les tendances des prochains mois.

Été 2022 : une canicule prévue ?

Comme le météorologue Régis Crépet l’évoque, il convient de rappeler ce qu’est une canicule. Une canicule se définit par des niveaux très élevés de fortes chaleurs, présentes le jour comme la nuit et consécutives durant au moins trois journées. La canicule symbolise “le stade ultime des vagues de chaleur” et elle répond à “des seuils objectifs adaptés en fonction des régions.”

À ce jour, “aucune canicule n’est prévue et aucune communication n’a été faite à ce sujet.” Régis Crépet nous annonce toutefois un “été chaud pour la France”, qui n’est pas “synonyme de canicule.” Il ajoute que “plus l’été s’annonce chaud, plus le risque d’avoir des canicules et des fortes chaleurs est élevé” et précise que “plus il y a d’orages, plus cela freine le risque de canicule.”

Météo : quelles prévisions pour le mois de juin ?

Le météorologue Régis Crépet prévoit “un mois de juin chaud, qui sera marqué par des coupures d’orages.” Pour lui, “orage et pluie représentent une bonne nouvelle puisque cela arrose le sol et fait baisser les températures.” Il revient sur la bonne fréquence des orages : “Si les orages arrivent à éclater tous les huit jours, cela empêcherait que de trop fortes chaleurs s’installent durablement.”

La survenue de ces orages prévient la formation d’un dôme de chaleur, “une masse d’air très chaude bloquée sur un continent ou un pays”, qui installe une chaleur durable, puis une canicule. Ce phénomène s’est notamment produit lors de la canicule de 2003 ou, l’été dernier, au Canada.

En juin, “des coups de chaud interrompus par des orages” seront donc à prévoir. Régis Crépet met en garde contre la violence possible de certains orages, qui pourront être, à la fois, bénéfiques et destructeurs pour le monde agricole. Comme il le souligne, “rien n’est parfait en météo.”

Météo : quelle météo pour l’été 2022 ?

Pour le mois de juillet, le météorologue Régis Crépet explique que “si, au fil des semaines de l’été, les orages s’amoindrissent, cela pourrait aboutir à un ou plusieurs épisodes de canicule.” Il poursuit en évoquant les “modèles numériques, qui ne vont pas forcément vers ce scénario.” Pour lui, “même si l’été semble durable, les modèles voient, même en juillet et en août, une poursuite orageuse.

Concernant le mois d’août, “la fiabilité est moins bonne mais, selon les modèles numériques, il y aurait plus de risques de connaître une canicule.” Il continue en parlant de “quelques indicateurs qui indiquent plus de sécheresse dans les régions du Sud-Est.” L’heure n’est donc ni à un “été pourri”, ni à un “été caniculaire”, mais plutôt à des risques de canicule, qui seront soumis à l’évolution des orages au fil des semaines.

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.