En 2003, la canicule faisait 15 000 victimes. Certains météorologues craignent d'ailleurs une redite… De son côté Météo France a placé de nombreux départements en situation d'alerte.
IllustrationIstock

Une canicule pire que celle de 2003 : du jamais vu depuis 1947 ?

Elles arrivent du nord de l’Afrique et risquent de réchauffer considérablement l’atmosphère. Les vagues d’air générées par la dépression qui stationne sur le golfe de Gascogne devraient provoquer une "canicule sans précédent de par sa précocité pour un mois de juin, et ce depuis 1947", annonce Météo France, dont les informations sont reprises par 20 minutes. Les températures pourraient même dépasser les 40 degrés au cour de la semaine.

C’est entre jeudi et vendredi qu’il faudra attendre le jour le plus chaud, selon le prévisionniste Emmanuel Demaël, qui travaille pour l’organisme. "Ça va atteindre les 40 °C ou les dépasser localement", a-t-il déclaré devant l’AFP. Pire ! La situation devrait se prolonger jusqu’au week-end "au moins sur une large moitié du sud-est".

Les grandes villes, telles que Lyon et Paris, ne seront pas épargnées. On parle même "d’ilots de chaleur" urbains. La faute aux sols artificiels et à l’absence de verdure, sans oublier l’ampleur des activités humaines sur place, affirme le quotidien gratuit.

"Quand on la compare avec la masse d’air qui sévissait en 2003, la pulsion d’air brûlant en provenance du Sahara qui va s’abattre sur la France est inédite. Il n’est donc impossible que la situation soit pire que lors de la canicule d’il y a seize ans avec une vague de chaleur qui sera sans doute la plus puissante enregistrée à la fin d’un mois de juin", s’inquiète Guillaume Séchet, créateur du site meteo-paris.com, dans les colonnes du Parisien. Pour rappel, en 2003, les conditions météorologiques avaient fait 15 000 morts dans l’Hexagone.

"Le mercure atteindra déjà des températures incroyables mais avec le taux d’humidité dans l’air, le ressenti sera terrible. Alors qu’on attendra presque 40 °C à Paris, l’atmosphère sera si lourde qu’on ressentira la chaleur comme s’il faisait 47 °C au thermomètre", alerte-t-il encore.

Face à cette situation dramatique, le ministère de la Santé appelle à la prudence. Météo France a déclenché la vigilance canicule orange pour Paris ainsi que les départements de la petite couronne (Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine, Val-de-Marne, ainsi que Seine-et-Marne).

Sans oublier les 51 départements placés en alerte orange dimanche, rappelle Le Figaro. C’est le cas de l’Ain, de l’Aisne, de l’Allier, de l’Ardèche, des Ardennes, de l’Ariège, de l’Aube, du Cantal, du Cher, de la Corrèze, de la Côte-d’Or, de la Creuse, de la Dordogne, du Doubs, de la Drôme ou de la Haute-Garonne.

Sont également concernés les départements suivant : Gers, Indre, Isère, Jura, Loire, Haute-Loire, Loiret, Lot, Lot-et-Garonne, Marne, Haute-Marne, Meurthe-et Moselle, Meuse, Moselle, Nièvre, Puy-de-Dôme, Hautes-Pyrénées, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Rhône, Haute-Saône, Saône-et-Loire, Savoie, Haute-Savoie, Tarn-et-Garonne, Haute-Vienne, Vosges, Yonne, Territoire de Belfort, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne.