Les températures pourraient augmenter de 6 à 7°C en moyenne en 2100 ! Comme l'ont révélé les nouvelles projections de scientifiques français ce mardi 17 septembre 2019, les conséquences pourraient être terribles.
IllustrationIstock

Un scénario noir. Selon les travaux sur l’évolution du climat réalisés par une centaine d’ingénieurs et de chercheurs et d'ingénieurs du CNRS, du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) et de Météo-France, les conséquences empirent. Les projections, publiées ce mardi 17 septembre 2019, viendront alimentées le sixième rapport du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental, prévu pour 2021-2022. Elles sont malheureusement plutôt mauvaises, rapporte LCI.

Le réchauffement climatique s’annonce en effet plus élevé qu’attendu, et ce, malgré l’ensemble des efforts fournis pour le limiter. Il atteindra pour sûr +2°C en 2100 par rapport à la période préindustrielle (il est actuellement de +1°C).

Pis, dans le plus pessimiste des scénarios envisagés, le réchauffement moyen avoisinerait même 6 à 7°C de plus.

En sachant que le dernier rapport du GIEC stipule déjà les effets catastrophiques d'un réchauffement de +2°C en 2100, quelles seraient alors les effets d’un tel scénario à +7°C ?

Réchauffement climatique : un fort impact dès 2040

Si le GIEC ne répond pas clairement à cette question, ses rapports et d’autres travaux laissent entrevoir de néfastes répercussions.

Le pire scénario, nommé tantôt "RCP8,5" dans les précédents rapports du GIEC, tantôt "SSP5 8,5" dans les récents travaux, décrit une croissance économique dopée par une explosion des énergies fossiles.

_

_ #CMIP6 Résultats français Évolution de la T°C globale : le choix du scénario SSP a un impact discernable à partir des années 2040 (ci-dessous scénarios SSP1 2,6, SSP2 4,5, SSP3 7,0 et SSP5 8,5).#climat@cea_off" data-pos="19"data-width=""data-height="">

Abandon des politiques climatiques actuelles, explosion de l’usage du charbon… Ce scénario qui prévoit un réchauffement de +6 à +7°C est toutefois perçu comme improbable par les chercheurs, car il préjuge l’accumulation d’événements calamiteux.

Problème, la piste la plus optimiste (dénommée "RCP2,6" ou "SSP1 2,6") est également invraisemblable.

Quand est-il alors des prédictions intermédiaires ?

Vidéo : Réchauffement climatique: +2°, la ligne rouge à ne pas franchir

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.