A quelques jours de la fin des concertations, de nouvelles propositions sont tombées. Objectif ? Vous faire travailler plus longtemps.
IllustrationIstock
“Si l’on ne fait rien, l’équilibre financier du régime de retraite sera dans le rouge l’année prochaine” estime le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux.
Publicité

Pour y remédier, différentes propositions de l’organisation patronale ont été soumises ce jeudi 18 avril, rapporte Capital. Celle qui pourrait faire le plus de bruit ? Le report de l’âge légal à 64 ans d’ici 2028, en procédant par palier. 

Il se pourrait même qu’il aille au-delà…

Publicité

Fixer l’âge légal de départ en fonction de l’espérance de vie

Pour cela, un plan détaillé a été établi. En ajoutant un trimestre par an, l’âge légal de départ atteindrait 64 ans en 2028. Après cette date, il serait automatiquement indexé sur l’évolution de l’espérance de vie.

Que se passerait-il alors si celle-ci augmente ? L’âge de départ à la retraite augmenterait également.

Et en cas de stagnation ? Il pourrait rester fixer à 64 ans pendant plusieurs années.

Gains espérés ? Jusqu’à 17 milliards d’euros par an d’ici à 2028. Cela permettrait ainsi de financer la prise en charge de la perte d’autonomie des personnes âgées, tout comme l’adaptation de l’offre de soins aux pathologies du vieillissement. 

“Il faut sortir de l’ambiguïté et dire la vérité aux Français, assure Geoffroy Roux de Bézieux. Soit on baisse les pensions, soit on travaille plus longtemps”.

Selon lui, maintenir un âge de départ à 62 ans ne peut pas durer économiquement “à moins de mettre en place une très grosse décote pour ceux qui partent à cet âge”.

Ce sujet sous haute tension divise toutefois les représentants des salariés. Force ouvrière n’a d’ailleurs pas hésité à suspendre sa participation aux dernières concertations.

Autre suggestion du Medef ? Encourager les seniors à travailler plus.