En matière de retraite, tous les Français ne sont visiblement pas égaux. Et pour cause ! Certains ne peuvent pas réaliser d'importantes démarches, faute de décrets nécessaires.
IllustrationIstock

Retraite : ce gros couac administratif

Entre la hausse - partielle, certes - de la CSG et le quasi-gel de la majorité des pensions, les retraités ont déjà fort à faire depuis l'élection d'Emmanuel Macron. Et quand bien même le président multiplie actuellement les gestes en leur faveur, tous ne sont visiblement pas logés à la même enseigne. En effet, depuis la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018, certaines profession libérales ne sont plus rattachée à la Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d'assurance vieillesse (Cipav). Depuis l'entrée en vigueur du texte, elle ne peuvent donc plus s'y affilier, indique le magazine Capital. Les Françaises et les Français qui décident de se lancer dans l'entreprenariat et appartiennent à certaines professions libérales doivent donc changer de caisse de retraite.

Comme le rappelle le journal à parution mensuelle, tous les Français ayant créé leur activité avant le 1er janvier 2019 - voire avant le 1er janvier 2018 pour les micros-entrepreneurs - sont concernés par ce transfert. Ils ont jusqu'au 31 décembre 2023 pour procéder au changement et rejoindre la Sécurité sociale des indépendants (SSI). Problème ? Les décrets qui auraient dû permettre cette importante démarche n'ont pas encore été publiés. Pis encore ! D'après les informations de Capital, qui a pu contacter la caisse de retraite, rien n'est "dans les tuyaux" pour le moment. Dans l'immédiat rien ne permet donc de réaliser le transfert…

Publicité
Publicité

Cela étant, tempère le site d'information, ni la SSI ni la Cipav n'ont reçu de demandes d'informations en grand nombre de la part des candidats au transfert.

Retraite : les dernières annonces de l'exécutif

Emmanuel Macron, qui avait prévu de s'exprimer devant les Français cette semaine, a choisi de reporter ses annonces à la suite du drame qu'a subit Notre-Dame de Paris. Cependant, comme le souligne France Info, les medias ne sont pas sans savoir ce que le chef de l'Etat comptait déclarer. Et il prévoyait notamment de revenir sur certains efforts demandés aux retraités, indique la radio.

Le président de la République prévoyait, en effet, un retour de l'indexation de certaines pensions de retraite sur l'inflation à partir de 2020. Cette augmentation, cependant, ne concernera que les retraités percevant moins de 2000 euros mensuels.

Publicité

Vidéo : Retraite complémentaire : cette très mauvaise nouvelle qui vous attend en 2019