La reconversion professionnelle est un choix difficile à faire. D'autant plus que de nombreux freins peuvent venir nous bloquer dans notre décision et semer le doute. Mais il existe des manières de pouvoir lever ces freins pour pouvoir se lancer.
Reconversion professionnelle : comment lever les freins qui vous empêchent de passer à l'action ?IllustrationIstock
Sommaire

De nombreux travailleurs ne se sentent pas à leur place dans leur emploi. Qu’elles soient cadres, ouvriers ou fonctionnaires, ces personnes ont parfois un besoin de changement pour parvenir à s’épanouir dans leur vie professionnelle. C’est pourquoi de plus en plus décident de s’engager dans un processus de reconversion professionnelle.

D’autres en revanche sont très hésitants et n’osent pas se lancer, car ils sont freinés par des obstacles qu’ils jugent insurmontables et dont ils n’ont pas forcément connaissance.

Delphine Fifer, thérapeute et conseillère auprès des personnes en souffrance au travail, nous apporte des éléments de réponse pour comprendre quels sont ces freins et comment les lever.

Reconversion professionnelle : la crainte de perdre un certain niveau de vie

"En matière de reconversion, les freins se situent généralement au niveau de la crainte d'une perte en niveau de vie ou en confort de vie ", explique-t-elle. En effet, s’engager dans une reconversion n’est pas une décision qui doit être prise à la légère puisqu’elle entraîne généralement de nombreux sacrifices même si, bien souvent, le jeu en vaut la chandelle.

"Plus les personnes ont un statut élevé dans leur entreprise, c’est-à-dire un statut de cadre par exemple, avec un salaire intéressant, plus il sera difficile pour elles d’entreprendre une reconversion", précise-t-elle. Il est vrai qu’il est particulièrement difficile de recommencer un nouvel emploi à zéro, c’est-à-dire de redevenir un débutant lorsque l’on a déjà été bien plus haut dans la hiérarchie.

Pour surmonter cet obstacle, qui peut parfois empêcher des travailleurs de passer le cap, il est nécessaire d’avoir, dans un premier temps, un travail de réflexion avec soi-même. "Le chemin de la reconversion c’est aussi se dire, est-ce que, pendant quelques années, je suis prêt a accepter de revoir un certain nombre de paramètres dans ma vie un peu à la baisse".

Certaines personnes peuvent être prêtes à reprendre les études, même si c’est partiellement quand d'autres en sont incapables. Et c’est ces paramètres là qu’il est important de pouvoir analyser et qu'il faudra prendre en compte.

Reconversion professionnelle : une forme de culpabilité pour certains

Ce sentiment de doute vient aussi parfois de son entourage. En effet, lorsque certaines personnes envisagent de se lancer dans une reconversion, la peur de perdre leur cadre de vie ou un revenu élevé est parfois aussi lié à leur famille.

"La perte d’un certain niveau de vie ou du salaire peut entraîner une forme de culpabilité à faire vivre ça à sa famille. Dans certaines situations familiales, il peut être parfois compliqué de reprendre des cursus d’études ou de quitter du jour au lendemain une position confortable."

Ainsi, il est capital de pouvoir se poser toutes ces questions en parallèle de la construction d’un potentiel projet professionnel. "Il faut avoir déjà fait un certain chemin d’évolution personnelle  pour pouvoir se dire : ce projet-là me tient vraiment à cœur, maintenant, je me rends compte que je fais face à divers freins qui m’empêchent d’avancer, et j’ai besoin d’aide pour me faire accompagner".

Reconversion professionnelle : l’importance de l’accompagnement

Pour pouvoir lever tous ces freins qui peuvent se présenter sur le chemin de la reconversion, se faire accompagner par un professionnel peut être un point clé. Cet accompagnement permet en effet d’appuyer sur les points sensibles dans le but de faire évoluer la personne.

"Au niveau de l’accompagnement, on va pouvoir aider la personne à lever ses freins. Parce que tant que ces freins ne sont pas levés, cela veut dire qu’elle va rester dans cette situation-là."

Cet accompagnement commence généralement par un bilan de compétences. C’est une étape très importante car elle permet notamment de lever un autre frein qui peut exister, le manque de confiance en soi.

"Lors d’un bilan de compétences, la partie manque de confiance vient s’estomper car toutes les compétences sur lesquelles la personne peut s’appuyer pour avancer dans sa vie professionnelle sont mises en valeur".

Osons parler d'obsèques ! Conférence en ligne jeudi 2 juin à 15 heures. Olivier Noel, expert en gestion de patrimoine depuis plus de 20 ans répondra à toutes vos questions !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.