Delphine Jubillar : boue, ADN… Ce qu’a révélé l’analyse de sa voitureAFP
Garée dans le mauvais sens, avec une vitre ouverte, la voiture de l'infirmière du Tarn a-t-elle été déplacée dans la nuit ? La perquisition faite dans le véhicule a livré ses conclusions... Bientôt la fin du mystère ?
Sommaire

La voiture de Delphine Jubillar a-t-elle été utilisée la nuit du 15 au 16 décembre 2020 ? Cette question, si elle semble à première vue anecdotique, est au contraire au cœur du dossier sur la disparition de la jeune mère de famille.

Appelés en pleine nuit par Cédric Jubillar, le mari de la disparue, les gendarmes se rendent très rapidement dans leur domicile de Cagnac-les-Mines, afin d’y effectuer les premières constations. Tout semble en ordre, aucune trace de lutte ou de dispute n’est relevée et l’époux se plie volontairement à l’interrogatoire ainsi qu’à l’examen médical. À première vue, l’intérieur de la bâtisse n’apportera pas de réponse sur ce qu’il s’est passé, ce que confirment par la suite les différentes perquisitions qui y ont été menées.

La voiture de Delphine Jubillar garée dans le mauvais sens

Pour les gendarmes de la section de recherche de Toulouse, qui prennent rapidement le relais de leurs collègues d’Albi, les indices devraient donc se trouver à l’extérieur de la maison. Comme l’a expliqué le procureur de la République de Toulouse au mois de juin, les différentes auditions menées auprès des proches du couple Jubillar leur ont permis de comprendre que la disparue garait sa voiture dans un sens particulier, qui ne changeait jamais. Or, le matin du 16 décembre, la voiture est dans l’autre sens.

Autre élément troublant, selon le magistrat, de la condensation – peut-être due à une présence humaine – est relevée au petit matin dans l’habitacle et une vitre est ouverte. Enquêteurs comme magistrats instructeurs se posent donc la question : la voiture de Delphine Jubillar a-t-elle été utilisée par une autre personne ce soir-là ? Son mari, mis en examen pour "homicide volontaire sur conjoint" mais qui nie toute implication, a-t-il pris le véhicule, avant de le garer dans l’autre sens ? Des analyses ont été menées dans la voiture et leurs conclusions viennent d’être dévoilées. Alors, a-t-elle été déplacée en pleine nuit ?

Boue, ADN... Qu'a révélé la perquisition ?

Vidéo du jour

La voiture de Delphine Jubillar a-t-elle dévoilé ses secrets ? Interrogé par Midi Libre, Me Jean-Baptiste Alary, l’un des avocats de Cédric Jubillar, explique que "cette histoire de stationnement n’est pas sérieuse", car, selon lui, "il y a une multitude de raisons pour que la voiture ait été garée dans un autre sens que d’habitude". Le conseil du trentenaire dévoile pour la première fois les résultats de la perquisition menée dans le véhicule : "Rien n’a été trouvé d’intéressant dans cette voiture. Pas de terre, de boue, de trace ADN de Delphine dans le coffre".

La piste de la voiture est-elle donc mauvaise ? Si elle n’a rien donné, l’avocat de Cédric Jubillar regrette au contraire que les enquêteurs ne se soient pas concentrés sur deux autres véhicules…

Les deux autres voitures qui posent question

Si la voiture de Delphine Jubillar n’a rien montré de suspect, d’autres véhicules posent question, selon Me Alary. Auprès de nos confrères de Midi Libre, il évoque notamment une automobile "qui reste stationnée avec le plafonnier allumé" et une autre "qui passe devant la pharmacie tellement vite qu’on n’arrive pas à identifier son immatriculation". Deux pistes qui, selon les avocats de Cédric Jubillar, n’ont pas été assez prises au sérieux par les enquêteurs. Cité par le quotidien régional, Me Alary estime que les enquêteurs "n’ont travaillé que dans l’unique objectif monomaniaque de la culpabilité du mari" et qu’"ils n’ont sérieusement pas écarté le reste".

Vidéo du jour