Sécheresse : 10 aliments qui pourraient bien disparaître de nos assiettes
Les vagues de chaleur s'enchaînent en France cet été et la sécheresse atteint des records. Notre alimentation pourrait aussi subir les conséquences du réchauffement climatique. Fruits, légumes, céréales… Toutes les cultures ne sont pas égales face à la chaleur. Ces 10 aliments du quotidien y sont très sensibles et devraient subir prochainement pénuries et hausse de prix.

Et si le réchauffement climatique et la sécheresse bouleversaient totalement notre alimentation ? Face à un été caniculaire et une sécheresse dans de nombreux départements, la question se pose plus que jamais en cet été 2022. La sécheresse que nous traversons serait en effet "la plus grave jamais enregistrée" dans l’Hexagone, selon une récente communication de Matignon. 

Sécheresse : 93 départements concernés par une restriction

En France métropolitaine, à ce jour, ce sont 93 départements qui sont concernés par une restriction d'eau au-delà de la vigilance, sur au moins une partie du territoire : 3 sont en alerte, 12 en alerte renforcée et 78 en crise. Paris, le Seine-Saint-Denis, et les Hauts-de-Seine sont en vigilance selon le site du ministère de la Transition écologique. 

Pire, la situation pourrait même s’aggraver cette semaine, alors que l’on attend un nouvel épisode de forte chaleur mercredi avec des températures qui atteindront jusqu’à 36°C localement en Occitanie selon La Chaîne Météo. "On ne peut pas comparer ce qu’il va advenir à ce qu’on a connu en juin ou encore en juillet. Il n’y a pas de canicule en vue d’ici à la fin du mois, aucune alerte n’est lancée", relativise toutefois un prévisionniste de Météo France interrogé par france info.

Et si la situation fait craindre  un manque d’eau, et de plus en plus d’incendies dévastateurs, elle pourrait aussi modifier, à terme, notre alimentation et nos choix quand nous faisons nos coursesCar les plantes, céréales, fruits et légumes,  ont besoin d’eau, et supportent en général assez mal les fortes chaleurs. En raison de la sécheresse et des températures caniculaires, les récoltes vont être largement impactées en France et cela touche également l'élevage, dont le bétail va manquer de fourrage. Les professionnels craignent déjà des   pénuries, ou, du moins, une baisse significative de leur production. Dans notre diaporama, découvrez les 10 aliments qui pourraient bien se faire de plus en plus rares dans votre assiette, à cause de la sécheresse inédite.  

Sécheresse et alimentation : de nouveaux modes de consommation à envisager

Si certains aliments risquent de disparaître de nos frigos, il faudra bien s’adapter. Remplacer certains féculents par des légumineuses, diminuer les produits laitiers…  Et accepter que nos fruits et légumes puissent changer de saveur. 

Côté agriculture, certains réfléchissent déjà à semer plus tôt.  Une solution temporaire, selon les chercheurs de l’Institut nationale de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae), rapporte le  HuffPost. “Après 2050, cela ne suffira pas  selon les chercheurs de  l’Inrae  alors que les canicules s’intensifient et que la demande en eau des cultures augmente pour compenser l’évaporation par les feuilles et la diminution des précipitations”, alertent-ils.

Pour certains scientifiques, une solution pourrait être de revoir la planification agricole du globe, afin de  planter les cultures plus au nord...  Le chantier est dantesque, mais pourrait devenir urgent, car vital pour continuer de nourrir la planète. 

Les pommes de terre

1/10
Les pommes de terre

Avec la guerre en Ukraine, la frite était déjà menacée par une pénurie d’huile de tournesol. Cette fois, c’est la double peine : la sécheresse affecte sérieusement la culture de pommes de terre. Les "chocs de température (...) importants, et de manière répétée, soulèvent une inquiétude légitime quant au volume de production, en qualité comme en quantité", alerte Geoffroy d’Evry, président de l’Union nationale des producteurs de pomme de terre (UNPT) dans Midi Libre. "À partir de 30 degrés, et avec les degrés qui s’accumulent tous les jours, la pomme de terre se bloque, elle se met en mode survie et ne progresse plus. Ce qui est certain, c’est qu’il n’y aura pas suffisamment de pommes de terre pour satisfaire l’ensemble de la demande", s'inquiète le président de l’UNPT auprès de Libération

Le miel

2/10
Le miel

L'apiculture est elle aussi durement touchée par la sécheresse qui frappe la France. Selon BFM Business, les professionnels du secteur parlent d'une "année noire" avec une baisse de bénéfices prévue de 55% par rapport à une année moyenne. En cause, la sècheresse extrême qui a privé les abeilles de nourriture en empêchant le développement des acacias ou de bruyère. La chaleur a empêché la floraison de certaines espèces de plantes. Face à cette baisse de production, les prix du miel devraient largement augmenter dans les prochains mois. 

Le lait

3/10
Le lait

L’alerte a été lancée ce week-end par Yannick Fialip, le président de la commission économique de la FNSEA. “Pour faire du lait, il faut des fourrages, essentiellement de la luzerne et du maïs qui ont peu poussé cette année”, en raison de la sécheresse, a-t-il affirmé sur franceinfo. "Les choses s’emballent un peu plus toutes les semaines, les éleveurs commencent à être paniqués", assure auprès de Libération le président de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL). Cette fois il n'y a pas de région épargnée. Le Nord, la Bretagne et la Normandie sont aussi touchées par la sécheresse. "Le Pas-de-Calais n’est pas un secteur qui subit la sécheresse normalement, nous vivons ce que l’on voyait à la télé dans le sud de la France", déplore Jérémie Dumont, agriculteur près de Boulogne-sur-Mer. 

Les éleveurs pourraient peiner à  nourrir leurs troupeaux de vaches cet hiver, ce qui entraînerait une baisse considérable de la production de lait. 

Le maïs

4/10
Le maïs

La production de maïs souffre également fourtement de la sécheresse. À cause de champs entiers brûlés par la chaleur et la sécheresse, selon les premières prévisions du ministère de l'Agriculture publiées le 1er août dernier, la récolte française de maïs devrait de 12,7 millions de tonnes, soit une baisse de 18,5 % par rapport à 2021. 

Voir la suite du diaporama

Le sucre

5/10
Le sucre

La betterave sucrière, précise le HuffPost, ne pousse plus lorsqu’il fait au-delà de 35°C… Et elle est aussi très gourmande en eau. 

Du vin différent

6/10
Du vin différent

La sécheresse impacte aussi la culture de nos fruits : “ils sont plus petits et plus sucrés ces dernières années”, commente le Huffington Post. 

La floraison est également de plus en plus précoce, ce qui pousse les agriculteurs à avancer leurs récoltes. 

Et ce nouveau calendrier a des conséquences : “L’équilibre acide, arôme, sucre est déséquilibré par la hausse des températures, le vin est plus confituré et plus chargé en alcool », explique Jean-Marc Touzard, spécialiste des innovations pour l’adaptation de l’agriculture au changement climatique, au site.

Les pâtes et produits céréaliers

7/10
Les pâtes et produits céréaliers

La culture du blé pâtit de la sécheresse, avec une baisse de la production cette année de 21 % pour le blé dur, et de 16 % pour l’orge de printemps, selon les données de l’Agreste, service de statistique agricole. 

Faudra-t-il bientôt se passer de pâtes ? Pour le Huffington Post, Philippe Debaeke, directeur de recherche à l’Inrae (Institut nationale de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement), avance la solution du sorgho, une céréale qui pourrait, à terme, remplacer le blé, car elle consomme “trois voire quatre fois moins d’eau que des cultures comme le maïs”. 

D’autres produits aux céréales, comme le pain, la bière ou encore les biscuits, pourraient aussi connaître des baisses de production face à la sécheresse.

Certains fruits

8/10
 Certains fruits

Pour les poiriers et les pommiers, c’est le gel tardif, autre conséquence du réchauffement climatique, qui pourrait avoir raison de la production de leurs fruits. 

Chez d’autres arbres fruitiers, on craint également la prolifération de parasites, aidés par les températures clémentes, comme par exemple la mouche asiatique, qui s’attaque aux cerisiers. 

Le haricot vert

9/10
Le haricot vert

Le réchauffement climatique menace également le haricot vert. Selon l'Académie américaine des sciences, relayée par Cosmopolitan, la moitié des terrains exploitables pour la culture de ce légume auront disparu d'ici 2050.

Le chocolat

10/10
Le chocolat

Le chocolat pourrait disparaître d'ici 30 ans selon la National oceanic and atmospheric administration, une agence américaine dédiée à la protection des ressources naturelles. Les cacaoyers ont en effet d'un climat de forêt tropicale, avec notamment une forte humidité, pour se développer. Si les températures augmentent trop, ces arbres seront menacés en raison du manque d'eau dans le sol.