La gendarmerie nationale a exprimé ses "regrets" à un habitant du Loir-et-Cher qu'elle a empêché d'aller à l'Ile de Ré au chevet de son père mourant. Retour sur cette affaire.
Ile-de-Ré : la gendarmerie exprime ses "regrets" après avoir privé un homme d’adieux à son père mourantAFP

Le 4 avril dernier, Patrice Dupas, un habitant du Loir-et-Cher a pris sa voiture pour aller au chevet de son père mourant. Mais arrivé au pont de l’Ile de Ré, il a été contrôlé par les gendarmes. L’attestation de sortie dont il s’était muni et ses explications n’ont pas suffi à les convaincre de ses intentions et l’automobiliste a non seulement été verbalisé, mais aussi contraint de faire demi-tour. Patrice Dupas a donc dû rentrer chez lui sans pouvoir dire adieux à son père. Et ce dernier s’est éteint quelques jours plus tard sans que tous les deux aient pu se voir une dernière fois.

"Je ne l’ai pas vu avant son dernier souffle"

"On m’a empêché de le revoir. C’est anormal, s’est plaint le fils au micro de LCI. (…) Je ne l’ai pas vu avant son dernier souffle, je n’ai pas pu lui parler alors que j’avais le droit de le voir". Furieux, il a également dénoncé l’attitude du militaire auquel il a été confronté : "ce gendarme était quelqu’un de borné". Patrice Dupas a par ailleurs saisi l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGPN) pour qu’une enquête soit menée.

"Il y a eu une véritable incompréhension"

Jeudi, la porte-parole de la gendarmerie nationale Maddy Sheurer a tenu à s’exprimer sur cette affaire. Elle a d’abord reconnu que le gendarme qui avait contrôlé Patrice Dupas n’avait "pas perçu le degré d’urgence" de son déplacement. "Il y a eu une véritable incompréhension. C’est malheureux, a-t-elle reconnu. Nous le regrettons et nous compromettons sa peine". La porte-parole a également mis en avant le fait qu’il s’agissait alors du premier weekend des vacances de printemps et que le gouvernement avait demandé que les contrôles soient accrus et renforcés pour faire respecter les règles du confinement.

Maddy Sheurer a par ailleurs indiqué que la gendarmerie nationale avait pris contact avec Patrice Dupas pour faire toute la lumière sur cette tragique affaire, et annoncé qu’une "réponse" lui sera "donnée rapidement".  

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.