Affaire Dupont de Ligonnès : "Pas une seule trace de sang dans la maison"
Neuf ans après la découverte des cinq corps de la famille Dupont de Ligonnès sous la terrasse de leur maison familiale à Nantes, un expert criminalistique et morphoanalyste de traces de sang a livré son analyse de la scène de crime. Un compte-rendu qui nous éclaire davantage sur ce qu'il s'est passé dans cette maison la nuit du massacre.
Sommaire

Le 21 avril 2011, les enquêteurs découvraient les corps d’Agnès Dupont de Ligonnès et de ses quatre enfants enterrés sous la terrasse de leur maison nantaise. Celui du père, lui, n’a jamais été retrouvé. Alors que ce dernier est considéré comme le suspect numéro dans cette affaire et qu’un mandat d’arrêt international a été lancé à son encontre, il demeure introuvable. Et depuis, les questions sans réponses ne cessent de s’accumuler… Comment un père de famille a-t-il pu tuer sa femme et ses enfants ? Depuis combien de temps s’y préparait-il ? Dans quel état se trouvait-il au moment de les tuer ?

"C’est unique, je crois ne l’avoir jamais vu"

A cette dernière question, Philippe Esperança semble avoir un élément de réponse. Responsable criminalistique et morphoanalyste de traces de sang, cet expert analyse des scènes de crime depuis trente ans. Dimanche, il était interrogé par le magazine "13h15 le dimanche" (France 2) concernant celle de la famille Dupont de Ligonnès. Se basant sur les rapports faits par ses confrères sur la scène du crime et sur les photos qui y ont été prises, il a livré une conclusion qui fait froid dans le dos. "C’est vraiment la seule scène que j’ai eu à connaître, où il y a cinq victimes, et qu’aucune trace de sang n’a été découverte, a-t-il en effet confié. C’est unique, je crois ne l’avoir jamais vu".

Allant plus loin, Philippe Esperança a même partagé l’impression que toute cette scène de crime lui donne quant à l’état dans lequel devait alors se trouver le père de famille.

"J’ai même l’impression que cétait un robot qui agissait"

"La première chose que je peux conclure, c’est : comment a-t-il fait pour enlever toutes les traces ou empêcher qu’elles existent ?", a indiqué Philippe Esperança dimanche. "Lorsque le nettoyage est sommaire, on va retrouver des traces typiques d’un mouvement d’éponge ou de serpillière, a expliqué l’expert. On sent qu’il y a une préparation quasi complète. C'est incroyable de penser à autant de choses. On a tous des scènes de crime en tête où les gens ont pensé à faire telle ou telle chose, mais de façon aussi complète, je ne me rappelle pas l'avoir vu… La victime est dans son lit. Et on met la couverture ou les draps d’une certaine façon pour empêcher le sang de partir. Celui-ci va être cantonné à proximité de la plaie". Or, dans la maison des Dupont de Ligonnès, aucune trace n’a été trouvée car le père de famille aurait tout prévu…

Une sorte de "sarcophage" pour transporter les corps ?

Comment cinq personnes ont-elles pu être tuées dans une maison sans qu’aucune trace de sang ne soit ensuite retrouvée ? Certes, un nettoyage méticuleux y a été effectuée, mais ce n’est pas tout, selon les journalistes de "13h15 le dimanche". Ces derniers ont en effet expliqué que Xavier Dupont de Ligonnès aurait méticuleusement répété les mêmes gestes dans les cinq chambres puis emmailloté les corps "dans des draps, couettes et matelas" avant de les transporter "chacun leur tour dans une sorte de sarcophage pour empêcher le sang s’échapper". Tous ont ensuite été ensevelis sous la terrasse, chacun avec une "petite effigie religieuse" disposée dessus.