Depuis sa médiatisation dans Koh-Lanta, Inès est très présente devant les caméras pendant l'aventure. Une mise en lumière souvent (trop) provocante dans la télé-réalité, qui n'est pas propre à tous les candidats.
Koh-Lanta 2020 : Inès filmée de manière suggestive à l’écran ? Ce détail qui vous a peut-être échappé

Koh-Lanta jugée trop sexy ? C’est le constat qui ressort d’un rapport publié ce lundi 2 mars par le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) sur les stéréotypes sexistes dans la télé-réalité. Comportement misogyne, commentaires dégradants et hypersexualisation des candidats, ces programmes de divertissement en prennent pour leur grade.

Une tendance qui s’illustre parfaitement dans l’édition spéciale de Koh-Lanta, L’Île des Héros sur TF1. Comme l’a relevé la journaliste et chroniqueuse Lilia Hassaine dans Quotidien ce mercredi 4 mars, la jeune aventurière Inès est régulièrement mise en avant à l’écran pour son physique avantageux.

Dès le premier épisode, les  séquences (de bas en haut) sur l’infirmière de 25 ans sont très équivoques. De la poitrine au fessier galbé, en maillot de bain, et même de dos, les caméras ont l’air de bien se rincer l’objectif sur la candidate. Une hypersexualisation controversée, soulevée dans la chronique du programme, qui ne risque pas de plaire au Haut Conseil à l’égalité.

Autre exemple lors de la révélation des équipes. Quand Inès est scrutée sur un plan serré (fixé sur son décolleté), ses autres camarades sont filmés sur un plan large ou de manière collective. Des  séquences capturées à découvrir dans le diaporama ci-dessus.

La production de Koh-Lanta se justifie

Sur les réseaux sociaux, Inès a poussé un coup de gueule à destination des internautes, choquée par leurs commentaires déplacés sur son physique. Mais une question se pose. La production de Koh-Lanta filme-t-elle trop les candidats de manière suggestive ?

Dans une interview accordée au Parisien, la productrice Alexia Laroche-Joubert a défendu ses équipes d’Adventure Line Productions, niant le sexisme relevé dans son programme. "Certains plans auraient pu être plus suggestifs et on les a coupés", a-t-elle assuré, rappelant que "ce sont les candidats qui choisissent la matière et la forme de leurs vêtements" portés durant toute l’aventure.

Si la candidate a opté pour un maillot de bain plus adéquat lors du deuxième numéro de Koh-Lanta, Alexia Laroche-Joubert signe et persiste plus loin. "Elle est majeure, c'est à elle de décider comment elle souhaite apparaître. Qui on est pour en juger ? Qui on est pour dire rhabille-toi ? Quand un candidat arrive avec un moule-bite, on ne lui demande pas de mettre un caleçon large".

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.