Les autorités ont réussi à interpeller le "prédateur sadique" grâce à des vidéos de surveillance. Il aurait commis plusieurs agressions sur des jeunes filles.
IllustrationIstock

"Prédateur sadique" : Il menacait et violait des jeunes filles en plein jour

Il s'en prenait à des jeunes filles en plein jour. Un homme de 35 ans a été interpellé par la Brigade de protection des mineurs (BPM) de la PJ de Paris après avoir tenté d'agressé sexuellement une fillette de 13 ans, le 12 octobre dernier. D'après LCI ,l'agresseur, connu sous le nom de "prédateur sadique", aurait tenté de violer une jeune fille dans le hall de son immeuble dans le XIIème arrondissement de Paris, en la menacant d'un couteau. La victime a alors crié de toutes ses forces, ce qui a fait fuir l'homme. 

Recherché par les autorités depuis plusieurs années, ce violeur n'en est pas à son premier méfait. Son mode opératoire est le même que pour la récente agression, ce qui a aidé les membres de la BPM à faire le lien avec les précédentes agressions. En effet, le 30 août 2015, une fille de 14 ans est violée par un homme qui la menace d'un couteau dans son hall d'immeuble également.

La victime reçoit des coups de pieds et des coups de poings. L'agresseur la frappe à l'aide de son casque de moto. Les policiers retrouvent bien de l'ADN mais rien dans leur base de données ne leur permet, à cette époque, de retrouver la trace de l'auteur de ce viol.  

En 2016, c'est une jeune femme de 20 ans qui est victime de cet homme, qui se fait passer pour un policier en civil, au Forum des Halles. Durant trois ans, la police recherche ce prédateur qui n'a jamais commis de délit, d'où son absence dans les fichiers et ce malgré les indices laissés par le suspect.

A lire aussi : Accusation de viol, conflit d’intérêt… Ils traînent des casseroles et ils sont ministres

"Prédateur sadique" : fin d'une traque qui a duré trois ans  

C'est finalement grâce à des vidéos de surveillance que les policiers retrouve sa trace. En effet, les autorités ont pu l'interpeller après que des caméras de surveillances l'ont filmé à plusieurs reprises, dans le métro parisien notamment.

Le trentenaire a été arrêté le 18 octobre dernier alors qu'il se rendait chez sa compagne, dans le XIème arrondissement de Paris. Le Télégramme rapporte que l'agresseur a reconnu les faits, qu'il dit avoir commis par "pulsions". Ses victimes l'ont reconnu et ses empreintes génétiques correspondent à celles trouvées sur les lieux des crimes. L'homme a été incarcéré. 

Sans traces de lui pendant plus de deux ans, il reste à savoir, pour les forces de l'ordre si le violeur a commis d'autres agressions. 

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.