Près de deux mois après le décès d'Elisa Pilarski, le chien qui l'accompagnait ce jour-là se trouve toujours dans une fourrière. Une cagnotte a été créée pour lui venir en aide, approuvée par son compagnon. La famille de la jeune femme ne serait pas du même avis.
Femme enceinte dévorée : des tensions autour d'une initiative de son compagnon ?

C’est une histoire hors norme, qui a touché de nombreux internautes. Elisa Pilarski est décédée le 16 novembre dernier dans la forêt de Retz alors qu’elle promenait son chien Curtis, un American Staffordshire de deux ans. Selon les résultats de l’autopsie, la mort de la jeune femme de 29 ans – qui était enceinte de six mois – "a pour origine une hémorragie consécutive à plusieurs morsures de chiens aux membres inférieurs et supérieurs ainsi qu’à la tête". Les soupçons se sont très vites tournés vers les chiens d’une chasse à courre qui se déroulait au même endroit ce jour-là. Des prélèvements génétiques ont été réalisés sur la soixantaine de chiens de l’équipage et sur les animaux de la victime, au nombre de cinq.

Mort d’Elisa Pilarski : le sort de Curtis au cœur des préoccupations

Le jour de son décès, Elisa Pilarski était accompagnée de son chien Curtis. Egalement blessé, il a été pris en charge par des vétérinaires et se trouve désormais à la fourrière de Beauvais, où il doit faire l’objet d’une évaluation comportementale. Touchés par le sort de ce chien, de nombreux internautes n’ont pas hésité à se mobiliser ces dernières semaines, au point de lancer des pétitions pour "sauver" ou "libérer" Curtis. Si ces dernières n’ont pas été approuvées par Christophe, le compagnon d’Elisa Pilarski, ce dernier a donné son accord pour l’ouverture d’une cagnotte afin de venir en aide au chien. Ouverte par ses amis, la cagnotte a rencontré un grand succès puisqu’elle a permis de récolter plus de 5 000 euros, bien plus que les 3 500 euros demandés pour payer les frais d’un avocat spécialiste du droit animalier. Avec cet argent, Christophe aimerait pouvoir transférer Curtis de la fourrière à un centre spécialisé dans la réadaptation des chiens traumatisés.

Pourtant, selon RMC, l’initiative serait mal venue pour la famille d’Elisa Pilarski. Cité par la radio, un proche de la victime explique : "Nous n’étions pas au courant de la création de cette cagnotte. La priorité, c’est l’enquête et non Curtis". De son côté, Christophe a expliqué sur Facebook que "la cagnotte qui a été créée pour l’avocat de Curtis a été faite par une amie avec mon accord, dans un but bienveillant à savoir : montrer le soutien porté à Curtis". Il affirme également que, si la cagnotte ne fera évidemment pas revenir sa femme et son fils, "cela aidera énormément Curtis, et je sais qu’elle l’aurait voulu". Depuis le drame, le compagnon d’Elisa Pilarski a tenu à donner des nouvelles de Curtis sur les réseaux sociaux et il ne se montre pas rassuré. 

Christophe Ellul a fermement démenti les propos rapportés par RMC. Dans un message posté sur son compte Facebook, il explique "démentir les propos mensongers qui ont été relayés par plusieurs médias". "Je compte également vous informer qu'à partir d'aujourd'hui, tout médiatisation faite sans notre accord préalable ou celui de nos avocats sera poursuivie", ajoute le compagnon d'Elisa Pilarski.

Remportez un chèque cadeau de 500€ et offrez-vous un vélo électrique en participant au grand jeu concours.

Vidéo : Décès d'Elisa Pilarski : son compagnon Christophe réagit à propos des pétitions

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.