La circulation du virus ralentit dans nombreux départements, mais certains ne sont pas tirés d'affaires. Alors que l'ombre d'une quatrième vague plane sur la rentrée, ces territoires doivent-ils s'inquiéter ?
Covid-19 : les 23 départements qui enregistrent le plus de cas

Un été sous le signe du Covid. Les vacances tant attendues ont un arrière-goût de restrictions pour des aoutiens qui ne peuvent plus faire grand-chose sans pass sanitaire. Le précieux sésame est désormais obligatoire pour aller dîner au restaurant, pour s'asseoir dans un bar ou un café, mais aussi pour prendre le train ou l'avion et, dans certains départements, pour faire des achats dans un grand centre commercial. 

L'objectif affiché du gouvernement est d'inciter les Français à se faire vacciner, afin de pouvoir atteindre rapidement l'immunité collective. Selon les dernières données de Santé Publique France, plus de 45,7 millions de personnes ont reçu au moins une première dose de vaccin au 12 août, mais la couverture vaccinale est inégale en fonction des régions. Les départements de l'ouest du pays ont une proportion plus importante de personnes vaccinées que ceux du Sud-Est. 

Covid-19 : la crainte d'une quatrième vague

La progression de la campagne vaccinale ne permet pas encore de stopper la hausse des contaminations. 21 172 cas ont été enregistrés dimanche 15 août et le taux de positivité des tests était de 3,7%. Certains départements échappent encore à une circulation accrue du virus et affichent un taux d'incidence bien en dessous de la moyenne nationale, à 245 pour 100 000 habitants. C'est notamment le cas de plusieurs départements du Centre-Val de Loire et du Grand-Est, qui affichent un taux d'incidence aux alentours de 80 pour 100 000 habitants. 

D'autres départements ne sont pas aussi bien logés et ont largement dépassé le taux d'incidence moyen de l'Hexagone. En France métropolitaine, ils sont six à afficher plus de 500 nouveaux cas pour 100 000 habitants. Une vingtaine d'autres s'échelonnent entre 250 et 500 nouvelles contaminations. De quoi craindre une quatrième vague ? Elle n'est pas exclue et dépend avant tout de l'impact des contaminations sur les hospitalisations. Les admissions dans les services de réanimation sont d'ores et déjà à la hausse, même si les chiffres sont à relativiser comparés à ceux du printemps. La trajectoire de l'épidémie est scrutée de près, un peu plus particulièrement dans ces départements, qui sont déjà à risque pour la rentrée...

Les Alpes-de-Haute-Provence

1/23
Les Alpes-de-Haute-Provence

Taux d'incidence pour 100 000 habitants au 12 août : 345

Le taux d'incidence est en hausse sur sept jours.

Couverture vaccinale du département : 61,4%

Les Alpes-Maritimes

2/23
Les Alpes-Maritimes

Taux d'incidence pour 100 000 habitants au 12 août : 591

Le taux d'incidence est en baisse sur sept jours.

Couverture vaccinale du département : 73%

L'Ariège

3/23
L'Ariège

Taux d'incidence pour 100 000 habitants au 12 août : 343

Le taux d'incidence est en hausse sur sept jours.

Couverture vaccinale du département : 75%

L'Aude

4/23
L'Aude

Taux d'incidence pour 100 000 habitants au 12 août : 410

Le taux d'incidence est en baisse sur sept jours.

Couverture vaccinale du département : 65%

Comparez et économisez sur votre mutuelle santé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.