Le piège s'est refermé peu à peu sur le mari de Delphine Jubillar, l'infirmière du Tarn disparue le 16 décembre 2020. Comme l'explique Paris Match, les gendarmes ont, dès le 1er jour, vu en lui le suspect idéal. Voici comment ils ont endormi la méfiance de Cédric Jubillar.
Cédric Jubillar : l’habile stratégie des juges pour ne pas éveiller sa méfianceAFP
Sommaire

Cédric Jubillar est dans le viseur des enquêteurs depuis le début. Son implication dans la disparition de sa femme Delphine, survenue le 16 décembre 2020, a été immédiatement la piste privilégiée par les enquêteurs. Et ce n’est pas qu’une affaire de statistiques. Même si celles-ci "sont implacables ", rappelle Paris Match. En 2019, 146 féminicides ont été comptabilisés sur 173 crimes conjugaux. En 2020, malgré une chute générale, 90 femmes (sur 106 homicides conjugaux au total) ont succombé sous les coups de leurs conjoints. Ces chiffres ne suffisent évidemment pas à mettre en examen une personne, si des preuves ne sont pas trouvées. Or, dans l’affaire Jubillar, plusieurs éléments troublants ont poussé les gendarmes à creuser la piste du mari.

Affaire Jubillar : les premières déclarations de Cédric sont incohérentes

Alertés par l’artisan en pleine nuit, les gendarmes arrivent sur les lieux à 4 h 50. L’homme, qui les reçoit en pyjama, vient de lancer une lessive avec une couette à l’intérieur. "C’est celle de ma femme. Les chiens ont pissé dessus, je l’ai mise au nettoyage", explique-t-il. Une attitude étonnante dans une telle situation.

Ses premières déclarations sont également remplies d’incohérence. Par exemple, d’après l’analyse de son podomètre, relié à son mobile, Cédric Jubillar n’a effectué que 40 pas, avant l’arrivée des gendarmes. Il n’a donc pas cherché sa femme, avant d’appeler les forces de l’ordre. Lors du tour de la maison en leur compagnie, le podomètre indiquera 360 pas, rien que dans le jardin.

Autre fait interpellant, Delphine a disparu avec son téléphone, vêtue, d’après les dires de son époux, avec qui elle est en instance de divorce, d’une doudoune blanche et de boots. Son  sac à main, ses lunettes, ses papiers, ses clefs, sont en revanche toujours dans la maison. La disparition de la jeune mère de famille de 33 ans est dès lors qualifiée judiciairement d’"inquiétante". Les investigations sont alors menées habilement, pendant plusieurs mois. Faute de preuve, une ingénieuse tactique a dû être mise en place…

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.