Dès les premières heures de l'enquête, les gendarmes auraient suspecté Cédric Jubillar d'être à l'origine de la disparition de son épouse, Delphine. Toutefois, d'autres pistes ont sérieusement été abordées par les enquêteurs avant la mise en examen du trentenaire. On fait le point.
Delphine Jubillar : ces pistes explorées par les enquêteurs avant la mise en examen de CédricAFP

Pendant six mois, les enquêteurs ont mené leurs recherches dans le plus grand secret. Mercredi 16 juin, l'affaire autour de la disparition de Delphine Jubillar a connu un véritable bouleversement après la mise en garde à vue de Cédric, l'époux de l'infirmière. Deux jours plus tard, l'artisan plaquiste est mis en examen pour "homicide volontaire sur conjoint". Rappelez-vous : la nuit du 15 au 16 décembre 2020, cette mère de famille se volatilise sans laisser de trace. Pour les gendarmes en charge de l'affaire, une chose est sûre : cette femme ne serait jamais partie volontairement, sans ses enfants. Rapidement, l'étau se resserre autour du mari, avec qui Delphine était en instance de divorce.

Incarcéré depuis vendredi 18 juin, Cédric Jubillar a été placé en isolement en raison de la médiatisation de l'affaire. Dans les colonnes de La Dépêche une source proche de l'affaire confie : "Cette excitation autour de lui aurait pu lui causer des problèmes avec d’autres prisonniers". En effet, le trentenaire suscite de vives réactions. D'après Le Parisien, il aurait reçu de nombreuses lettres de menaces de mort et d'insultes depuis la disparition de son épouse. Un jour, parmi ces lettres, le suspect trouve un courrier adressé à Delphine Aussaguel, nom de jeune fille de sa femme... 

Disparition de Delphine Jubillar : la piste de la dérive sectaire

Il s'agit d'une invitation des Témoins de Jéhovah, qui convie la disparue à la commémoration annuelle du sacrifice de Jésus le 27 mars 2021. Le quotidien francilien révèle que le père de Delphine, Yves Aussaguel, a fait partie des Témoins de Jéhovah à l'association de Gaillac (Tarn). Toutefois, l'infirmière n'aurait eu aucun lien avec le mouvement religieux. Le suspect aurait rapidement transmis le courrier aux forces de l'ordre. De leur côté, les enquêteurs n'ont pas cru à l'hypothèse d'une dérive sectaire. 

Tout au long de l'enquête, d'autres pistes ont été sérieusement abordées avant l'arrestation du suspect...

Ce gonfleur que tout le monde s’arrache est en solde ! Utilisez le code SOLDES30 !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.