En suscitant un rejet suffisamment fort pour que soient élus 89 députés RN et 142 sous la bannière Nupes, le chef de l'État a permis au Parlement de redevenir le cœur de notre réacteur politique.
Législatives 2022 : le Parlement fait son retour en force !

Macron I l’a anesthésié… Macron II l’a réveillé ! En suscitant un rejet suffisamment fort pour que soient élus 89 députés RN et 142 sous la bannière Nupes, le chef de l’État a permis au Parlement de redevenir le cœur de notre réacteur politique. Ce n’était plus le cas depuis l’avènement du quinquennat et l’inversion du calendrier électoral. Après 2002, les présidentielles s’enchaînaient, les législatures n’en étaient que la pâle réplique. On en oubliait que la Ve République, à l’origine, était un régime parlementaire.À LIRE AUSSI : "Il nous faut un Parlement fort face à un président fort"À charge, donc, pour le président de la République et son Premier ministre de constituer des « majorités de texte ». Plus encore que sous le second septennat de François Mitterrand, au cours duquel Michel Rocard s’appuyait sur son conseiller parlementaire, Guy Carcassonne, pour compléter sa majorité relative de 275 députés en bricolant des alliances ponctuelles. Tantôt avec les communistes, tantôt avec les centristes.Alliances ponctuellesFinie, la chambre d’enregistrement. À moins qu’Emmanuel Macron ne la dissolve dès le retour des vacances d’été, l’Assemblée nationale privera l’Élysée de sa...

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !