Cette morgue improvisée est gérée par un opérateur privé. Après un début de polémique sur les prix, le ministère de l'Intérieur a annoncé que l'Etat prendrait "en charge les frais supplémentaires occasionnés par les délais d'inhumation".
Coronavirus : Christophe Castaner tente d'éteindre la polémique sur la gestion de la morgue de Rungis

Après un début de polémique autour de la gestion des cercueils dans un hall du marché de Rungis, le ministre de l'Intérieur a demandé jeudi 9 avril un "contrôle" des tarifications demandées aux familles endeuillées. "Il me semble anormal que les contraintes liées à la situation de confinement et à des mortalités massives soient imputées financièrement aux familles", a déclaré Christophe Castaner devant la mission d'information de l'Assemblée nationale sur l'épidémie de covid-19.

Soulignant que "la morgue de Rungis [était] gérée par un opérateur privé", il a expliqué qu'en découvrant "les tarifs" pratiqués par celui-ci, il avait "demandé un contrôle". Jeudi soir, le ministère de l'Intérieur a annoncé que l'Etat "prendra en charge les frais supplémentaires occasionnés par les délais d'inhumation", soit les 35 euros par jour supplémentaires au-delà des six jours réglementaires.

Une mission de contrôle

"Une mission sera diligentée pour s'assurer du caractère strictement conforme à la réglementation" des autres prestations facturées par le prestataire, a précisé Beauvau. Un hall du marché de gros de Rungis, dans le Val-de-Marne, a été...

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !