TRIBUNE – Pour Florence Legros, économiste et directrice de l'ICN Business School, la crise sanitaire a creusé certains déséquilibres structurels de notre modèle de solidarités inter-générations. Pour pouvoir retrouver la stabilité, il va peut-être falloir réduire la pension de certains retraités...
Après la crise Covid, faudra-t-il baisser le niveau des pensions de retraite ?IllustrationIstock

Florence Legros est économiste et directrice générale de l'ICN Business School. Elle enseigne les sciences économiques et sociales à l'université Paris Dauphine. Elle a signé plusieurs ouvrages relatifs au modèle de retraites français et au vieillissement de la population, dont : Les Retraites (2003, ed. Le Cavalier Bleu)

Retraites : quelles réformes après la crise sanitaire ?

La crise sanitaire ne sera pas sans laisser d'empreintes sur notre régime de retraite. Des empreintes qui ne font qu'accroître les déséquilibres structurels de ce système de telle sorte qu'après le "quoi qu'il en coûte" il faudra adopter des mesures de rééquilibrage qui impacteront probablement le pouvoir d'achat relatif des retraités, ceux qui par ailleurs ont été les moins impactés financièrement par la crise.

A ce stade, quelques rappels s'imposent.

Les retraités coûtent-ils trop cher ?

Le poids des retraites par répartition en France est l'un des plus importants des pays développés : il atteint 15% du produit intérieur brut.

Le système repose majoritairement sur la répartition, un dispositif tel que les cotisations des actifs de la période financent les retraites de la même période, si l'on omet le fonds de réserve des retraites dont le poids est faible en France. L'équilibre repose donc sur l'égalité entre cotisations (soit le produit du taux de cotisation moyen et de la masse salariale du moment) et les pensions (soit le produit de la pension moyenne et du nombre de retraités).

Les réformes passées ont joué – ou tenté de le faire pour ce qui est de la réforme avortée de 2019/2020 – sur l'ensemble des paramètres. On notera par exemple l'impact massif des réformes ayant conduit à la désindexation des pensions et salaires portés au compte (le salaire de référence servant au calcul des droits) par rapport aux salaires (1993) puis au gel des pensions ou sous indexation par rapport aux prix (gel des pensions de janvier 2019, entre autres).

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.