L'ancien président de la République a été arrêté par la police le 31 décembre dernier pendant ses vacances à Saint-Tropez, dans le Var. Découvrez pourquoi. 
AFP

Depuis qu’il n’est plus président de la République, Nicolas Sarkozy est redevenu un justiciable comme les autres. Ainsi a-t-il été arrêté le 31 décembre dernier par la police de Saint-Tropez après avoir été pincé en train de rouler à vélo à contresens, rapporte Nice Matin  qui précise que l'ex-locataire de l'Elysée séjournait alors dans la station avec sa famille. 

A lire aussi –Les performances sportives (un poil exégérées ?) de Nicolas Sarkozy

"Il n’y a pas eu de traitement de faveur"

"Je lui ai demandé de façon courtoise de descendre de son vélo et de continuer à pied, a raconté l’agent au journal, ne serait-ce que pour que pour des questions de sécurité. Il m’a répondu qu’il n’y avait aucun souci et il s’est exécuté". Le fonctionnaire a également indiqué avoir tout de suite reconnu l’ex-chef de l’Etat, connu pour pratiquer fréquemment le cyclisme et la course à pied. "Je l’avais très bien reconnu car je l’avais déjà croisé en civil sur le port un été. Je l’ai arrêté à titre informatif sans idée de PV", a-t-il poursuivi, précisant ainsi ne pas avoir verbalisé Nicolas Sarkozy. Et le policier d’ajouter : "Je l’aurais fait pour n’importe quel cycliste. Il n’y a pas eu de traitement de faveur".

En vidéo - Quand Nicolas Sarkozy compare la politique avec le vélo

Vidéo : Quand Nicolas Sarkozy compare la politique avec le vélo