Nombreux sont ceux, aujourd'hui, à percevoir la victoire de Marine Le Pen plausible. Pour Jean-Christophe Lagarde, pas de doute, Emmanuel Macron est condamné à perdre contre la candidate du Rassemblement National. Mais quelle France nous promet-on au juste ?
Sommaire
Marine Le Pen va l'emporter, disent les élus : très concrètement, à quelle France faut-il s'attendre si c'est le cas ?AFP

"Si c’est lui qui se retrouve au second tour de l’élection présidentielle face à Marine Le Pen, c’est elle qui l’emportera", assénait sans ambiguïté Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI, sur le plateau de Dimanche en Politique (France 3). Il parle, bien évidemment, de l’hypothèse régulièrement évoquée du duel opposant Emmanuel Macron à la fille du Menhir. Et lui de croire que face à cet éventuel combat, le chef de l’Etat a d’ores et déjà scellé son avenir : "Il a rallumé la haine sociale dans notre pays qui créera un rejet de sa personne, quand bien même les gens n'ont pas franchement envie de Marine Le Pen", explique-t-il en effet.

Des déclarations inquiétantes pour quiconque se refuse à installer Marine Le Pen à l’Elysée, et qui n’ont d’ailleurs rien d’anodin. A l’approche du prochain scrutin national, elles pourraient traduire la volonté de l’élu d’avaliser un candidat  ; faute de quoi celui-ci ne saurait remporter l’élection, estime le politologue Christophe Bouillaud. Plus important, peut-être, elles soulèvent une autre question : quelle serait la France du Rassemblement National que d’aucuns, invariablement, nous promettent désormais depuis des mois ? Le programme du parti n’a pas encore été établi ; mais les grandes lignes en sont connues. Et l’argumentaire à dérouler aussi, rappelle Le Parisien.

Election présidentielle de 2022 : ce qu’il faut redouter en cas de victoire du RN

"Vous avez tout essayé : la droite, la gauche…. Avec Macron, le pire de la droite et le pire de la gauche… Essayez un mouvement national, sage, raisonnable, lucide ! Donnez-nous notre chance !", lançait en effet Marine Le Pen, à l’occasion de sa conférence de presse du 20 mai, à Nîmes. Son entourage, contacté par nos confrères confirme : c’est précisément la ligne qu’ils entendent dérouler dans les mois à venir. Mais alors, faut-il craindre cette alternance dont se revendique aujourd’hui l’extrême-droite ? Certains, chez Les Républicains, sont ouvertement inquiets. "Elle dit : ‘Vous ne nous avez jamais essayés’. Mais si, on les a déjà essayés…. en 1940 !", conteste en effet un ténor du parti de Nicolas Sarkozy.

Qui faut-il croire alors ? Pour le chercheur en sciences-politiques, qui enseigne à l’Institut d'Études Politiques (IEP, Sciences-Po) de Grenoble, la France de Marine Le Pen peut légitimement effrayer. Parce qu’elle pourrait, affirme-t-il, plonger l’Hexagone dans la violence. Explications.

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.