Une erreur d'étourderie est vite arrivée et il est parfois impossible de faire marche arrière. Le gouvernement vous propose grâce à son site Oups.gouv.fr la possibilité de vous racheter.
AFP

"Oups, je n’ai pas fait attention", une excuse qui revient souvent. Depuis ce mardi 04 juin, le gouvernement vous donne la possibilité de faire preuve de bonne foi, grâce à son nouveau site Oups.gouv.fr.

Lancé par le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin à Crèvecœur-le-Grand dans l’Oise, ce site s’adresse autant aux particuliers qu’aux professionnels, rapporte France Bleu. Il recense la liste des erreurs les plus courantes dans les démarches administratives, comme par exemple lors d’une naissance, une séparation, un déménagement, un décès ou la perte d’un emploi. Elles sont accompagnées de conseils pour vous éviter toute récidive.

Publicité
Publicité

Droit à l’erreur : la déclinaison d’une volonté présidentielle 

Ce nouveau principe s’inscrit dans "une démarche globale visant à impulser une véritable relation de confiance entre le service public et les usagers", détaille le texte de loi.

"Nous ne sanctionnons plus les erreurs involontaires", déclare Gérald Darmanin sur Twitter. Il souligne que "Le droit à l'erreur est aujourd'hui une réalité".

Dans cette petite ville de 3500 habitants au cœur de l’Oise, le ministre de l’Action et des Comptes publics explique que ce site est "la déclinaison concrète du droit à l'erreur voulue par le président de la République et adopté par le parlement", au micro de France 3 Hauts-de-France.

En effet, la loi pour un Etat au service d’une société de confiance (ESSOC), promulguée le 10 août 2018, instaure le "droit à l’erreur". "Chaque usager, particulier ou entreprise, peut alors rectifier - spontanément ou à la demande de l'administration - son erreur lorsque celle-ci est commise de bonne foi et pour la première fois", précise le site. Une manière d’éviter les sanctions. Attention, "l'erreur est humaine, persévérer est diabolique", lance Gérald Darmanin.