Vincent Jauvert a publié une enquête de deux ans dans son livre Les Intouchables d'Etat (Robert Laffont). Salaires, copinages, absence de sanction… Le journaliste de l'Obs dévoile comment les hauts fonctionnaires se protègent entre eux.
AFP

"le jour où Bercy rendra tout cela public, on verra"

Planet : Quels sont les premiers éléments qui vous ont conduit à mener cette enquête ? 

Vincent Jauvert : J’avais publié il y a un an et demi La Face cachée du Quai d’Orsay pour lequel j’ai enquêté sur la haute administration au ministère des Affaires étrangères. J’ai observé que cette administration était plus encline à défendre ses propres intérêts plutôt que ceux de la France. Je me suis demandé si c’était vrai pour les autres administrations. L’autre élément qui m’y a poussé c’est que les diplomates ne voulaient pas dévoiler leurs salaires en me disant ‘’le jour où Bercy rendra tout cela public, on verra". J’ai finalement obtenu leurs salaires par d’autres moyens, tout comme ceux de Bercy. C’est là que j’ai décidé d’enquêter sur l’opacité de la haute administration et particulièrement sur les grands corps de l'Etat qui fonctionnent ainsi que le dit le président de la République, comme une "caste", qui fait des allers-retours entre le public et le privé, et qui globalement n’est pas sujette aux règles déontologiques telles qu’elles devraient être appliquées.

Planet : C’est ce que vous expliquez dans votre livre, la haute administration n’a finalement pas été concernée par le projet de loi sur la moralisation de la vie politique…

Vincent Jauvert : En été 2017, Le Sénat, où l'opposition est majoritaire, avait effectivement voté à l'unanimité des amendements à la moralisation de la vie politique concernant les hauts fonctionnaires à l’unanimité. La République en Marche qui est majoritaire à l’Assemblée s’y est opposée. Donc le système Macron a bloqué, mais ce n’est pas la première fois. Plusieurs réformes ont été bloquées dans le passé : des réformes de l’ENA, du classement de sortie, du pantouflage… Et parfois ce sont des textes qui ont été adoptés par le parlement, comme sous Hollande, mais qui ensuite ont été bloqués au dernier moment par la haute administration, grâce à l’auto-saisine d’un grand corps qui est le Conseil d’Etat et par l’auto-saisine du Conseil Constitutionnel qui est aussi dans la main des grands corps d’Etat.

Planet : Pouvez-vous clarifier un peu comment fonctionne ce système et comment interviennent ces grands corps.

Vincent Jauvert : Ce sont des gens qui se sont rencontrés à l’école, à l’ENA et à polytechnique. Ceux dont je parle sont ceux qui sortent dans la botte( le haut du classement). Ils rentrent dans ce qu’on appelle les grands corps : le Conseil d’Etat, la Cours des comptes, le corps des Mines et l’inspection des finances. Ils ont un travail à vie comme tous les fonctionnaires, très bien payé et du fait de l’histoire de ces grands corps qui étaient traditionnellement au sommet de l‘Etat et de l’économie française, ils se recrutent entre eux. Aujourd’hui, la majorité des postes importants dans l’Etat sont tenus par un nombre de corps très limité.