Emmanuel Macron : ses réponses aux arguments des anti-vaccins
De nombreux Français ne veulent pas se faire vacciner. Certains avancent des arguments que le président juge fallacieux. Il a tenu à leur répondre.

Pas de repos pour le chef de l’Etat ! Le pied à peine posé sur le sol polynésien, Emmanuel Macron a pris le temps de défendre la vaccination, informe BFMTV. L’occasion pour lui d’enfoncer le clou encore davantage et de rappeler combien il est nécessaire que les Françaises et les Français aillent se faire injecter les doses du précieux sérum pour mettre un frein à l’épidémie. Une intervention qui n’a rien d’anodin : ces derniers temps, les "antivax" (pour anti-vaccins) sont particulièrement bruyants

En tout et pour tout, rappelle LCI sur son site, 161 000 manifestants se sont déjà levés contre l’instauration du pass sanitaire ; le dispositif pensé pour pousser les non vaccinés hésitants à finalement se décider - voire pour en obliger d’autres selon leur profession. Les griefs et les mouvements de foule ont entraîné quelques heurts sur les Champs-Elysées. Dans les défilés, plusieurs slogans marquants habillaient les pancartes et déchiraient l’air à grands cris. "La liberté ne s’injecte pas", ont ainsi écrit les Marseillais, quand d’autres ont fait plus simple : "Macron ton pass on en veut pas", "Liberté, liberté"...

La liberté de ne pas se faire vacciner : qu’a répondu Emmanuel Macron ?

"Je respecte toute personne qui s'exprime librement dans notre pays. Je les écoute avec beaucoup de considération", a tenu à préciser le chef de l’Etat qui, de l’avis du Figaro, cherche encore la bonne intonation avec laquelle répondre aux sceptiques. Tantôt, il oscille entre l’assaut - parfois ferme - tantôt il insiste sur sa capacité de compréhension des autres. Certains de ses ministres, comme Gabriel Attal, se sont montrés plus durs… Plus d’informations à ce propos dans notre diaporama.

1 - Le vaccin est une "arme" contre le Covid

1/5
1 - Le vaccin est une "arme" contre le Covid

Devant les soignants de Polynésie Française qu’il a rencontrés, Emmanuel Macron a tenu à insister sur l’utilité du sérum. 

"Tous les soignants que j'ai pu voir depuis le début de mon passage ici ont été clairs: 'nous croyons en la vaccination'. Vous êtes tous engagés dans des métiers de science et de soin, quand la science donne des armes, il faut les utiliser", a-t-il déclaré.

2 - "Aucune liberté n’existe sans devoir"

2/5
2 - "Aucune liberté n’existe sans devoir"

Le président a aussi voulu répondre - et l’a fait longuement - aux critiques en dictature sanitaire plus ou moins assumées de la part des manifestants anti-sanitaire. Selon lui, ce propos ne fait pas sens. Et d’asséner : "Aucune liberté n'existe sans devoir". "La liberté où je ne dois rien à personne n'existe pas", a-t-il poursuivi.

3 - Ne pas confondre l’irresponsabilité et la liberté

3/5
3 - Ne pas confondre l’irresponsabilité et la liberté

Aux yeux d’Emmanuel Macron, qui n’a pas hésité à s’en prendre avec véhémence aux manifestants les plus agressifs, l’attitude des anti-vaccins est déplorable, si démocratique soit-elle. "Que vaut votre liberté si vous me dites que vous ne voulez pas vous faire vacciner ? Si demain vous contaminez votre père, votre mère ou moi-même, je suis victime de votre liberté (...) Ça n'est pas la liberté, ça s'appelle l'irresponsabilité, l'égoïsme", a-t-il taclé.

4 - Personne (ou presque…) n’est obligé de se faire vacciner

4/5
4 - Personne (ou presque…) n’est obligé de se faire vacciner

Par le passé, Emmanuel Macron avait tenu à rappeler qu’il n’obligeait personne à accepter le vaccin contre le Coronavirus Covid-19, rappelle Le Figaro. A l’époque, le président avait pourtant déjà annoncé l’extension du pass sanitaire ainsi que toutes les mesures l’accompagnant ; dont l’obligation de vaccination dans certains corps de métier. "le choix tout à fait libre", déclarait-il alors, avant d’ajouter : "En population générale, je n'ai pas fait le choix de l'obligation vaccinale".

Cependant, pour le président de la République un seul choix fait vraiment sens dès lors que l’on est aussi attaché à sa liberté qu’on ne le prétend…  "Si on aime sa propre liberté et qu'on respecte les autres, le seul geste à faire est de se faire vacciner", a-t-il assuré.

Voir la suite du diaporama

5 - Le président de la République a aussi critiqué le cynisme politique de certains qui instrumentalisent les peurs

5/5
5 - Le président de la République a aussi critiqué le cynisme politique de certains qui instrumentalisent les peurs

In fine, Emmanuel Macron a identifié un ennemi clair : celui ou celle qui, par cynisme politique, instrumentalise les peurs d’autrui autour du vaccin. Il a donc fustigé ceux qui sont "dans la mobilisation irrationnelle, parfois cynique, manipulatrice".

Découvrez tous les biens de VINCI, EIFFAGE, BOUYGUES IMMO ! + de 100 critères pour vous aider à cibler le bien immobilier idéal