Assurance-vie, bourse et immobilier devraient pâtir de la situation économique en 2015. Demandez le programme ! 
©Getty Images
Sommaire

Contexte économique dégradé et politique monétaire accommodante des banques centrales réserveront de mauvaises surprises aux épargnants peu prévoyants en 2015.

1 - Assurance vie

A tout seigneur, tout honneur, l’assurance vie devrait afficher un rendement en 2015 parmi les plus décevants de son histoire. En 2014, les performances ont souvent été inférieures à 3%. L’année nouvelle sera pire.

Logique : la chute des taux d’intérêt étouffe la performance des fonds en euros. Les rendements obligataires sur lesquels ils s’adossent ne rapportent presque rien. Malgré tout, les assureurs continuent d’acquérir des obligations pour placer leur collecte (21 milliards d'euros en 2014). Certains pronostiquent une catastrophe en cas de remontée rapide des taux. En 2015, le rendement des fonds euros devrait tourner autour de 2%, avant ponction de 15,5% au titre des prélèvements sociaux (CSG, CRDS…).

Dans certains cas, cette maigre performance sera atteinte grâce à la Provision pour Participation aux Excédents (PPE) dans laquelle les assureurs piochent pour redistribuer les plus-values accumulées dans le passé. Or, ce qui est distribué aujourd’hui ne le sera pas demain.

2 - Immobilier

Longtemps considéré comme le placement patrimonial par excellence, l’immobilier d’habitation vacille sur ses bases. Les prix sont en chute libre, la fiscalité en hausse et les rendements à la baisse.

Paris mis à part, les loyers des petites surfaces, catégorie reine chez les investisseurs, ont baissé en 2014. Ils lâchent jusqu’à -15%, dans une demi-douzaine de grandes villes, selon le baromètre annuel du site Location-etudiant.fr.

Côté prix, 2015 sera le théâtre d’une nouvelle baisse. Elle se situera entre -1% et -3%, selon le dernier pronostic de l’agence Century 21 publié en janvier. Même vision chez les notaires qui voient la baisse se généraliser, le tarif au m2 parisien passant même sous le niveau symbolique des 8000 euros en 2015.

3 - Bourse

En ce qui concerne la bourse, la prudence s’impose. La bulle financière enfle malgré des fondamentaux économiques moroses. Elle pourrait déboucher sur une correction qui sera d’autant plus forte que les indices sont hauts : tirés par le secteur de la santé et les "Biotechs", les meilleurs fonds investis aux États-Unis ont gagné plus de 20% en 2014. La bourse de Shanghai a bondi de 50%, celle de Bombay de 31%, tandis que le Nasdaq Composite américain a progressé de 14%, le Nikkei japonais de 7%, etc. Un retour de balancier est inévitable.

En 2015, le salut sera peut-être à chercher dans le secteur des valeurs moyennes européennes, souvent sous-évaluées, car elles pourraient récupérer une partie du cash que la BCE injectera sur les marchés à partir du mois de mars pour relancer la croissance. De même, les valeurs pétrole se ramassent à des cours sacrifiés. 

4 - Obligations européennes et Livret A

Aucun salut n’est en revanche à chercher avec les obligations européennes. Si la reprise américaine se confirme, une remontée des taux est attendue aux Etats-Unis dès le printemps. Elle pourrait déclasser les titres déjà en circulation.

En ce qui concerne les livrets réglementés, morne plaine : Bercy a, certes, maintenu le taux du livret A à 1%, mais il sera revu à la baisse tôt ou tard. Dans cette perspective, la meilleure formule consiste à placer ses fonds sur un PEL dont le taux est fixé à 2% bruts (soit 1,69% net) depuis 1er févier 2015.

En vidéo sur le même thème : Livret A, quelles conséquences pour l'assurance-vie ? 

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.