L'actrice iconique qui fête ces 87 ans ce 28 septembre s'est livrée sur sa future disparition. Brigitte Bardot a notamment confié préférer "la mort à la maladie" et ne pas vouloir d'hommage national tel que celui réalisé pour le décès de Jean-Paul Belmondo.
Anniversaire de Brigitte Bardot : ses intimes confidences sur la mortAFP

"Je préfère la mort à la maladie". Ce sont les intimes confidences de Brigitte Bardot, qui fête ses 87 ans ce mardi 28 septembre. L'ex-actrice iconique des années 1960 s'est livrée dans un entretien accordé au Parisien ce vendredi 24 septembre sur les combats de sa vie, mais aussi sur sa future disparition.

"Je préfère une mort, tac, boum, et on n’en parle plus, à une souffrance longue et irréversible", confie la fervente défenseuse de la cause animale. Pour elle, pas question de grand hommage. "Je me fous de là où on m’enterrera. Ce n’est pas mon problème, ce sera celui des autres", assure BB.

À ce sujet, elle explique ne pas avoir apprécié l'hommage pompeux réalisé aux Invalides pour le décès de son ami Jean-Paul Belmondo. "Ses obsèques aux Invalides, avec le gouvernement et tout le reste, je ne pense pas qu’il aurait aimé cela, ce n’était pas un type à grand spectacle", assure-t-elle.

Hommage de Bébél : "Je n’aimerais pas cela pour moi"

Pas question d'envisager un tel hommage pour elle au moment de sa disparition. "Je n’aimerais pas cela pour moi", prévient Brigitte Bardot. Elle n'a en revanche que des mots tendres pour Jean-Paul Belmondo qu'elle qualifie "d'homme adorable". "Il venait me voir. Il avait adopté des chiens à ma fondation. C’était un ami que je ne voyais pas très souvent, mais il était tellement gentil, généreux, rigolo, malgré son horreur d’AVC qui l’avait beaucoup diminué", explique l'actrice iconique du "Mépris".

Selon elle, ce sont ses animaux qui l'ont "sauvée". Le cinéma ne me convenait pas, et ce n’est pas le cinéma qui m’aurait permis de survivre. C’est donc en donnant ma vie pour améliorer celle des animaux qu’elle a pris un sens", confie-t-elle sur son engagement pour la protection animale. Brigitte Bardot avait par ailleurs déjà confié avoir tenté de mettre à fin ses jours pendant sa jeunesse.

Animaux : "Je vais avoir 87 ans et c’est ma raison de vivre"

Un combat qui continue de donner du sens à son quotidien. "Encore aujourd’hui, avec ma fondation, on fait face tous les jours à des atrocités. Et qu’est-ce que vous croyez ? Que je suis là, les doigts de pied au soleil, avec ma jument et mes cochons ? Je travaille d’arrache-pied, quoi qu’il arrive, tous les jours, le jour de Noël, le jour de l’An, le jour de mon anniversaire… Absolument, tous les jours que le Bon Dieu fait, je suis là pour les animaux", s'emporte-t-elle auprès du Parisien. "Je vais avoir 87 ans, et c’est ma raison de vivre", martèle avec émotion Brigitte Bardot.

Sa "seule" raison de vivre selon elle. L'actrice a pourtant un fils et des petits-enfants. Un fils qu'elle a eu à 25 ans et pour lequel elle a des mots très durs. "J’ai eu un enfant, mais on ne peut pas dire que cet enfant, le pauvre, est venu au bon moment et m’ait apporté ce qui me manquait", explique-t-elle. Elle a perdu sa garde lors de son divorce avec son père Jacques Charrier et vit désormais en Norvège et a deux enfants.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités people,
en vous abonnant à la newsletter FemmesPlus.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.