Ecouter l'article :

Pour l'essentiel, les contribuables n'ont plus à régler la taxe d'habitation. Du moins... Sur leur résidence principale. Quid des autres et des situations particulières ? Planet fait le point.
Concubinage, colocation, maison de retraite… Comment est calculée la taxe d’habitation dans ces cas ?Istock

Impôts locaux. Peut-être faites vous partie des 20% des Françaises et des Français qui doivent encore s’acquitter de la taxe d’habitation sur leur résidence principale. Si tel est le cas, c’est donc que vous appartenez au cercle fermé - quoique relativement poreux - des ménages les plus aisés du pays. En effet : les autres n’ont simplement plus à s’acquitter de cet impôt, ainsi que l’a souhaité Emmanuel Macron.

Pour autant, cela ne signifie pas que la taxe d’habitation n’existe plus. Parce qu’elle concerne aussi les résidences secondaires, elle est susceptible d’être encore payée par certains contribuables ! Et il est quelques cas très spécifiques qui peuvent poser question. Par exemple, les colocataires doivent-ils payer la taxe d’habitation ? Théoriquement… Non. Du moins, pas tous, explique le site spécialisé Tacotax. Seul le locataire en titre, dont le nom figure sur le bail, doit quelque chose au fisc. Cependant, il est d’usage de partager les frais entre les différents habitants. Il en va de même pour les concubins, précise le site des impôts. "Si vous occupez à plusieurs votre logement ( colocataires ou concubins), une seule taxe d'habitation est établie, au 1er janvier de l'année concernée, au nom d'un seul des occupants. C'est donc cet occupant qui devra payer la taxe d'habitation", peut-on en effet y lire.

Taxe d’habitation : quid des pensionnaires de maison de retraite ?

Pour l’essentiel, rappelle Le Figaro Particulier, les pensionnaires de maison de retraite doivent aussi s’acquitter de la taxe d’habitation correspondant à leur adresse de résidence, pour peu qu’ils occupent un logement privatif dans l’établissement.  Ils sont alors  assujettis à la taxe d'habitation dans les conditions de droit commun, dont les modalités de calcul sont les mêmes que pour les autres contribuables.

Cependant, ils sont parfois exonérés, sous conditions. Avant la suppression partielle de l’impôt local, c’était le cas quand ils perçoivent des revenus modestes, comme pour n’importe quel autre contribuable.

Profitez d'un mois offert et accéder à des milliers de livres en ligne, jeux en ligne et cours en ligne !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.