Vous pourrez déclarer vos revenus à compter du 7 avril, mais il est important de se préparer dès maintenant. Voici les 6 erreurs à éviter cette année, pour ne pas avoir de problème avec le fisc.
Déclaration d’impôt : les 6 grosses erreurs à éviter en 2022

C'est bientôt l'heure de s'y remettre. Ce n'est pas parce que l'impôt est prélevé à la source que vous échapperez à la déclaration de revenus en 2022. En effet, cette dernière est obligatoire tous les ans et différentes échéances sont à connaître pour ne pas louper le coche et se mettre mal avec le fisc.

Déclaration d'impôt 2022 : les dates à retenir

Les revenus touchés en 2021 pourront être déclarés en ligne à partir du 7 avril 2022 et vous aurez entre un mois et demi et deux mois pour vous mettre en règle. Voici les trois dates à retenir : 

  • 25 mai 2022 : fin de la déclaration pour les départements numérotés de 01 à 19
  • 31 mai 2022 : fin de la déclaration pour les départements numérotés de 20 à 54
  • 7 juin 2022 : fin de la déclaration pour les départements numérotés de 55 à 976

Si vous ne pouvez pas faire votre déclaration en ligne, car vous ne disposez pas d'accès à internet ou parce que vous ne savez pas le faire, vous pouvez toujours déposer une version papier, au plus tard le 19 mai 2022. 

Déclaration d'impôt 2022 : les nouveaux taux d'imposition par tranche

De nouvelles tranches d'imposition ont été dévoilées pour cette année. Les voici : 

  • Jusqu'à une fraction du revenu imposable de 10 225 euros : 0%
  • Fraction du revenu imposable de 10 225 euros à 26 070 euros : 11%
  • Fraction du revenu imposable de 26 070 euros à 74 545 euros : 30%
  • Fraction du revenu imposable de 74 545 euros à 160 336 euros : 41%
  • Fraction du revenu imposable supérieure à 160 336 euros : 45%

Si votre déclaration de revenu est si importante, c'est parce que c'est sur la base de ce que vous dites au fisc que vos impôts sont calculés. Quotient familial, avantages en nature, pension alimentaire, dons aux associations, abattements... Les cases sont nombreuses et il est parfois difficile de s'y retrouver dans toute cette paperasse. Surtout, en tant que contribuable, vous avez peur de faire une erreur qui provoquerait la colère de l'administration fiscale et donc un rattrapage de ce que vous lui devez. Vous avez raison, il y a des points sur lesquels il faut être particulièrement attentif, pour ne pas déclarer bêtement trop d'argent ou vous faire remonter les bretelles. Découvrez lesquels dans le diaporama ci-dessous.

Oublier de dire que vous n’avez pas de télévision

1/6
Oublier de dire que vous n’avez pas de télévision

"Beaucoup de contribuables oublient que si aucune de leur résidence (principale ou secondaire) n’est équipée d’un téléviseur, il faut l’indiquer dans la déclaration en cochant la case 'contribution à l’audiovisuel public'", explique le site du ministère. Un oubli qui entraîne le paiement de 138 euros alors que vous ne devez pas le payer.

Ne pas déclarer ses dons aux associations

2/6
Ne pas déclarer ses dons aux associations

Les dons vous donnent droit à une réduction d’impôt, dont le montant s’avère différent en fonction de l’organisme.

- "75% du montant du don pour les organismes qui viennent en aide aux personnes en difficulté par la fourniture de repas ou de soins médicaux".

- "66 % du montant du don pour les associations, des organismes d'intérêt général, des fondations reconnues d'utilité publique"

Se tromper sur les frais de garde des jeunes enfants

3/6
Se tromper sur les frais de garde des jeunes enfants

"Il est possible d’obtenir un crédit d’impôt égal à 50% des dépenses engagées pour la garde des enfants à charge âgés de moins de 6 ans", explique le ministère de l'Economie. Attention car il ne faut pas inclure les frais de nourriture et il faut retirer les aides que vous percevez.

Ne pas déclarer correctement une pension alimentaire

4/6
Ne pas déclarer correctement une pension alimentaire

Si vous la versez ou si vous la recevez, vous devez la déclarer.

Ne pas cocher la case "parent isolé"

5/6
Ne pas cocher la case "parent isolé"

Célibataire, divorcé ou séparé vous pouvez bénéficier d’une majoration du nombre de parts de quotient familial si vous vivez seul avec votre ou vos enfants à charge ou rattachés. Il faut la cocher chaque année, car elle n’est pas pré-cochée.

Ne pas déclarer correctement les enfants à charge en cas de séparation ou de divorce

6/6
Ne pas déclarer correctement les enfants à charge en cas de séparation ou de divorce

"L’enfant de parents divorcés ou séparés est considéré comme étant à la charge du parent chez lequel il réside habituellement", explique le ministère de l'Economie. Si la garde est partagée, il peut être pris en compte de manière égale au sein du foyer fiscal de chacun de ses parents. Attention, "un même enfant ne peut évidemment pas être déclaré simultanément par ses 2 parents comme étant à leur charge exclusive".

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.