Impôts : toutes les taxes qui pèsent sur les retraités
La pension de retraite, comme tout revenu, s'accompagne d'un certain nombre de prélèvements. La liste de ce qu'il faudra (peut-être) payer cette année.

Moins d’impôts, plus de retraite. C’est ce que semble en tout cas proposer la Confédération des PME (CPME), qui énonçait récemment ses propositions en matière de fiscalité et de solidarité inter-générations à l’approche du dernier grand scrutin de ce quinquennat. En pratique, souligne BFMTV, il s’agit moins de garantir une hausse de pension aux assurés actuels que de pousser les actifs d’aujourd’hui à travailler plus longuement : comme le Medef (Mouvement des entreprises de France) et un certain de candidats, la CPME prône un report du départ de l’âge légal de cessation d’activité.

Il faut, selon elle, introduire "une part de capitalisation dans le modèle actuel" ; basé sur le système de la répartition. En pratique, insiste l’organisme, il convient de s’inspirer de la retraite additionnelle de la fonction publique (RAFP). Cependant, François Asselin ne s’arrête pas là et souhaite évacuer l’un des sujets les plus préoccupants tout de suite : la prochaine transformation de notre modèle ne doit pas servir à "financer la dépendance". C’est là la mission de l’Etat, assure-t-il, pas des retraités.

Impôts : que financent les retraités au juste ?

Force est de constater, en effet, que les retraités participent d’ores et déjà considérablement à l’effort national. Ils doivent régler plusieurs impôts ; dont Planet vous propose une liste non exhaustive dans son diaporama que vous retrouverez en conclusion de cet article.

Il serait difficile de prétendre, en tout cas, que les retraités ne financent pas les mêmes travaux que les actifs. Comprendre : dette nationale, services publics, chantiers d’envergure…

1 - L’impôt sur l’indemnité de fin de carrière

1/6
1 - L’impôt sur l’indemnité de fin de carrière

Le départ à la retraite amorce le début d'une nouvelle vie. Il s’accompagne aussi d’une indemnité de fin de carrière, dont les modalités d’imposition peuvent varier considérablement, informe La Retraite en Clair sur son site. Deux cas de figure existent en effet : la cessation d’activité volontaire, qui émane d’une décision pleine et entière du travailleur ainsi que la mise à la retraite de ce dernier par l’employeur. 

La première situation entraîne une exonération totale des montants perçus. La seconde, en revanche, résulte sur une exonération qui peut s’avérer partielle ; dépendamment du montant de l’indemnité. 

2 - L’impôt sur le revenu

2/6
2 - L’impôt sur le revenu

Comme tout revenu, la pension de retraite est elle aussi imposée, poursuit La Retraite en Clair. Les barèmes de l’impôt sur le revenu y sont les mêmes que sur les revenus du travail ; ce qui signifie aussi que les retraités ont droit à l’abattement fiscal automatiquement appliqué par l’administration.

3 - Le prélèvement à la source sur ses rentes ou son capital

3/6
3 - Le prélèvement à la source sur ses rentes ou son capital

Le prélèvement à la source, entré en vigueur le 1er janvier 2019, s’applique à un certain nombre de revenus perçus une fois à la retraite. C’est vrai pour les rentes de régimes supplémentaires ; tels que :

  • Le PER Entreprise ;
  • Le Perp ;
  • Le Préfon ;
  • Le contrat Madelin

En pratique, cependant, le Perco n’est pas concerné. Du reste, le prélèvement à la source sur d’autres revenus dépend de la nature de ceux-ci.

Voir la suite du diaporama

4 - La CSG

4/6
4 - La CSG

Les retraités s’acquittent également de la contribution sociale généralisée (CSG). Son taux varie en fonction du Revenu fiscal de Référence (RFR) du foyer. Il est possible d’être imposé à 3,80%, à 6,60% ou à 8,30%.

5 - La CRDS

5/6
5 - La CRDS

Autre impôt auquel doivent faire face les retraités : la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS). Quiconque affiche un RFR supérieur à 11 409 euros (17 501 euros pour un couple) est taxé au taux normal de 0,5%.

6 - La CASA

6/6
6 - La CASA

Enfin, les retraités doivent aussi régler la contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (CASA) si leur revenu fiscal de référence excède 14 915 euros pour une personne seule et 22 879 euros pour un couple. Son taux, 0,3%, s’applique aux revenus bruts de retraite.