INTERVIEW. Depuis ce jeudi 8 avril, la campagne de déclaration de revenus 2021 est lancée. Les contribuables peuvent ainsi effectuer leur corvée printanière en ligne. Pour ne pas effectuer d'erreur, Martin Cortet et Caroline Montiel, experts en finances personne au sein de Tacotax, récapitulent les règles à respecter.
Impôt sur le revenu : toutes ces ressources qu’il ne faut pas oublier de déclarerIllustrationIstock

Les services de télédéclaration sont désormais accessibles. Ce jeudi 8 avril, la campagne de déclaration de revenus a été lancée par les deux ministres de Bercy, Bruno Le Maire et Olivier Dussopt, lors d'une conférence de presse au ministère. Vous vous apprêtez à établir votre corvée administrative printanière ? Afin de ne rien oublier et éviter les erreurs, suivez les conseils de Martin Cortet et Caroline Montiel, experts en finances personne au sein du cabinet spécialisé en défiscalisation, Tacotax.

Planet. Toutes les ressources doivent-elles être déclarées ?

Martin Cortet et Caroline Montiel. L’impôt sur le revenu des personnes physiques (l’IRPP ou IR) vient frapper l’ensemble des revenus du contribuable. Certains de ces revenus sont connus de l’administration fiscale (comme les salaires ou les dividendes) et d’autres non (les revenus fonciers, certaines plus-values), d’où l’intérêt de la déclaration annuelle des revenus.

En principe, tous les revenus perçus par le contribuable au cours de l’année d’imposition doivent être déclarés. Soit :

  • Les traitements et salaires, les indemnités chômage
  • Les pensions (retraite, invalidité, alimentaires) et les rentes viagères
  • Les revenus non-salariés (bénéfices non commerciaux, bénéfices industriels et commerciaux, bénéfices agricoles)
  • Les revenus immobiliers comme les revenus fonciers ou les revenus des locations meublées
  • Les revenus des valeurs de capitaux mobiliers (dividendes, intérêts, jetons de présence, plus-values de cession de valeurs mobilières)
  • Les plus-values immobilières (elles ont déjà été déclarées au moment de la vente, mais il convient d’en reporter le montant pour calculer le revenu fiscal de référence).
  • Les gains divers et notamment les plus-values sur cession d’actifs numériques (cryptomonnaie)
  • Les revenus de source étrangère

Planet. Quelles sont les ressources qu’oublient le plus souvent les contribuables ? 

Experts de Tacotax. Certains revenus exceptionnels (comme les indemnités de rupture de contrat de travail, les gratifications pour services exceptionnels, les distributions de réserves d’une société) sont déclarés par le tiers distributeur (employeur, banque, entreprise) et sont d’ores et déjà connus de l’administration fiscale et préremplis dans la déclaration. Le risque d’oubli est, dès lors, écarté. Le même raisonnement s’applique aux heures supplémentaires.

Le risque n’est pas tant l’oubli de déclarer ces revenus qu’ils ne bénéficient pas de certains traitements fiscaux pouvant être plus avantageux pour le contribuable .Par exemple, les heures supplémentaires sont exonérées d’impôt sur le revenu dans une limite annuelle de 5 000 euros. Au titre de l’année 2020, cette limite est portée à 7 500 euros pour les heures supplémentaires effectuées entre le 16 mars 2020 et le 10 juillet 2020.

Pour les revenus exceptionnels, qu’il faut entendre comme des revenus qui ne sont pas susceptibles d’être recueillis chaque année et qui dépassent la moyenne des revenus imposables des trois années précédant leur perception, le contribuable peut demander l’application du système du quotient, qui permet d’étaler l’imposition de ce revenu sur 4 années afin d’atténuer la progressivité de l’impôt.

En revanche, les contribuables oublient parfois de déclarer certains revenus. Sans être exhaustifs, voici quelques exemples :

  • Les loyers perçus lors de la location de sa résidence principale pendant les vacances (Airbnb, Abritel ou en direct) sont imposables dès lors qu’ils dépassent 760 euros par anLes salaires perçus par les enfants du ménage lors de jobs d’été sont imposables pour la fraction qui dépasse 4 618 euros sur l’année (3 fois le montant mensuel du SMIC)
  • Les revenus de source étrangère et notamment lorsqu’ils ont déjà été imposés à l’étranger : dès lors qu’on est résident fiscal français, l’administration fiscale française a une compétence fiscale globale c’est-à-dire qu’elle est compétente pour imposer les revenus de source française, mais également ceux perçus à l’étranger, quand bien même ces revenus ont déjà été imposés dans le pays de source. C’est le rôle des conventions fiscales bilatérales d’éliminer les doubles impositions.
  • Les plus ou moins-values sur actifs numériques (crypto-monnaies) : Si on achète un service ou un bien avec des crypto-monnaies ou si on les convertit en devise ayant cours légal (Euro, Dollar…), on réalise une opération imposable. Le montant imposable sera la différence entre le prix auquel on a acheté le service, le bien ou le montant converti en devise et le prix auquel on a acheté la crypto-monnaie. Ces plus ou moins-values sont à déclarer sur le un formulaire 2086 dès lors que le volume de transaction dépasse 305 euros.

Quid des frais engendrés par le télétravail ?

Vidéo : Impôts : 3 dispositifs pour les abaisser en 2021

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.