Certains intermédiaires immobiliers usurpent le terme d'agent immobilier. La FNAIM part donc à la chasse des agences jugées illégales.
Immobilier : la guerre aux faux agents est déclaréeIllustrationIstock

Des "ateliers" et non des agences. Voici comment les réseaux de mandataires immobiliers parviennent à s’imposer en périphérie des villes. Avec les mots "ancien", "neuf", "gestion" ou encore "location" figurant sur les devantures, ces boutiques ont tout d’une véritable agence immobilière. On compte d’ailleurs aujourd’hui près de 120 réseaux et 26 000 mandataires indépendants.

"On a créé ces espaces pour répondre à deux besoins. La nécessité de se rapprocher de la clientèle des centres urbains, car nous sommes davantage présents en périphérie des villes. Nous souhaitions également permettre à nos agents commerciaux de disposer d’un espace pour travailler et recevoir les clients", indique Philippe Buyens, le patron de l’enseigne CapiFrance, au Figaro.

En un an, différents "ateliers" ont été ouverts à Paris, Lille, Lyon, Bordeaux ou Strasbourg. Des milliers d’agents commerciaux travaillant à domicile y sont employés. Les frais moins élevés que les agences traditionnelles ont fait leur succès. Mais s’ils étaient jusqu’ici installés en périphérie des villes, ces intermédiaires convoitent à présent les centres-villes, lieu de prédilection des agences traditionnelles.

Faux agents immobiliers : une ambivalence déplaisante aux yeux de la Fnaim

La Fnaim reproche à l’enseigne basée à Montpellier de ne pas respecter les obligations de la Loi Hoguet, régulant la profession d’agent immobilier depuis 1970. Elle l’assigne donc en justice pour concurrence déloyale : "Ces espaces sont dirigés par des agents commerciaux, et non pas par le titulaire de la carte professionnelle, c’est-à-dire le dirigeant de l’entreprise, ou un salarié dûment habilité. C’est obligatoire. Est-ce que demain, toutes les succursales pourront être gérées par des agences commerciales sans aucun lien avec la direction. Je ne l’espère pas. C’est une asymétrie de concurrence flagrante. On ne peut pas la tolérer", tonne Jean-Marc Torrollion, le président de la Fnaim.

Des économies d'impôts avec la défiscalisation Pinel (contenu sponsorisé)

Vidéo : Une nouvelle réforme pour l'impôt sur la fortune ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.