Sommaire

ARE et retraite : comment préparer sa cessation d’activité quand on est au chômage ?

"Rappelons d’abord que le chômage ouvre théoriquement des droits à la retraite. Généralement, les années ou les mois passés sans travailler ne permettent pas de profiter d’une bonne rémunération et cela pèse donc sur le niveau final de la pension. Mais cela permet tout de même de valider certains trimestres nécessaires à l’obtention du taux plein", observe d’entrée de jeu Philippe Crevel, économiste et directeur du Cercle de l’Epargne. "Cependant, il peut arriver que Pôle Emploi transfère mal les données à l’Assurance-maladie ou à l’Agirc-Arrco. Au moment de préparer sa liquidation, il faut donc s’assurer que vos droits ont bien été pris en compte", alerte-t-il. Un piège de plus par rapport à ceux que connaissent déjà tous les futurs retraités… "Ce sont de petites erreurs potentiellement discrètes mais qui, in fine, peuvent coûter très cher", détaille-t-il encore.

Du reste, la perception de l’ARE peut en elle-même constituer un casse-tête au moment de réfléchir à son départ à la retraite. Faut-il partir avant la fin de ses droits au chômage ? Ou vaut-il mieux attendre d’avoir tout utilisé ? Il n’y a malheureusement pas de réponse universelle, explique le spécialiste. "Je recommanderai de ne pas se précipiter, ne serait-ce que pour prendre le temps de bien identifier tous les tenants et aboutissants de sa situation. Dans certains cas, il n’est pas pertinent de jouer le temps et rester à l’ARE ; dans d’autres c’est potentiellement indispensable. Cela va dépendre du nombre de trimestres de cotisations préalablement acquis, du temps d’ores et déjà passé à la retraite, du montant exact perçu dans le cadre de l’ARE… Beaucoup de facteurs entrent en compte pour identifier les bienfaits de la démarche", juge en effet l’expert, qui détaille sa pensée : "Un travailleur n’ayant pas cotisé assez pour pouvoir s’éviter le malus de 10% sur sa pension complémentaire pourrait être tenté de rester au chômage, mais dans la mesure où le nombre de trimestres comptabilisés pour le calcul de sa pension est plafonné, ce n’est pas toujours utile s’il a déjà passé un peu de temps sans emploi par le passé."

Autre cas de figure à envisager : le montant de l’ARE est toujours inférieur au dernier salaire perçu. Cela signifie que même s’il est possible d’obtenir de nouveaux trimestres, un chômeur gagnera tout de même moins de points pour sa complémentaire que s’il travaillait. "D’une façon générale, retrouver un emploi est la meilleure solution. Une fois la pension liquidée, il n’est plus possible de l’améliorer. C’est encore possible de le faire quand on est à l’ARE", estime Philippe Crevel. Mais comment faire ?

Comparez et économisez sur votre mutuelle santé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.