Si Emmanuel Macron entend reculer l'âge légal de départ à la retraite à 65 ans, vous êtes déjà nombreux à attendre cet âge-là pour liquider vos droits. Quelles en sont les raisons et que risquez-vous si vous n'avez pas atteint le taux plein ?
Sommaire

L’âge légal de départ à la retraite n’a cessé d’être modifié durant les dernières décennies. En 1945, lors de la création du régime général des salariés, il avait été fixé à 65 ans. Il est ensuite passé à 60 ans en 1983, durant le septennat de François Mitterrand, puis est remonté à 62 ans en 2017, et n’a pas évolué depuis. Emmanuel Macron, fraîchement réélu, entend cependant poursuivre son projet de réforme des retraites, en repoussant, entre autres l’âge pivot à 65 ans. Si cette mesure crée la polémique, force est de constater que les salariés français sont de plus en plus nombreux à patienter jusqu’à 65 ans, pour liquider leurs droits, rapporte La retraite en clair.

Quelles en sont les raisons ?

Retraite à 65 ans : quels avantages ?

Si vous prenez votre retraite à 65 ans en ayant validé l'ensemble de vos trimestres, vous obtiendrez une retraite à taux plein. En revanche, pour ne pas subir le malus Agirc-Arrco de 10% durant vos 3 premières années de retraite, mieux vaut repousser votre départ d’un an après la date à laquelle vous avez acquis tous vos trimestres de retraite.

Si vous avez obtenu l’ensemble de ces derniers, bien avant et en avez davantage que requis, votre pension de base sera majorée d'une surcote de 1,25% par trimestre supplémentaire. Quant à votre pension complémentaire, dans le cas où vous avez acquis la totalité de vos trimestres deux ou trois ans votre départ à la retraite, cette dernière sera rehaussée respectivement de 10% ou 20% la première année.

Qu’en est-il en revanche si vous n’avez pas validé tous vos trimestres à 65 ans ?

Trimestres manquants pour un départ à 65 ans : les conséquences pour votre retraite

Vous souhaitez partir à la retraite à 65 ans sans avoir acquis l’ensemble des trimestres requis ?Votre pension subira alors une double pénalité. En plus d’un calcul avec une décote de 1,25% par trimestre manquant, votre retraite sera proratisée. "Par exemple, si vous deviez valider 168 trimestres et que vous n'en avez que 160, votre pension sera multipliée par 160/168", détaille le site spécialisé.

Quant à votre pension de retraite complémentaire, une décote sera appliquée, mais ne sera pas proratisée. Ainsi, dans le cas où il vous manque 3 trimestres, votre pension sera minorée de 3%, conformément au barème des coefficients de minoration Arrco-Agirc (différent de la retraite de base).Mieux vaut donc repousser l'âge de votre retraite.

Quand faudrait-il alors partir pour obtenir une retraite à taux plein ?

Retraite à temps plein : attendre 67 ans ?

En France, le taux plein automatique est fixé à 67 ans. Ainsi, si vous n’avez pas validé l’ensemble de vos trimestres avant de les avoir atteints, aucune décote ni malus ne pourra être appliqué. En revanche, votre retraite de base sera proratisée.

Vous parvenez à obtenir l’ensemble de vos trimestres avant 67 ans ? Vous pourrez alors partir à la retraite avec une pension de base complète. Un malus s’appliquera néanmoins sur votre pension complémentaire : 10% durant 3 ans. Pour ne pas le subir, comme indiqué précédemment, il faudra patienter 1 an, ou atteindre 67 ans pour liquider vos droits.

Osons parler d'obsèques ! Conférence en ligne jeudi 2 juin à 15 heures. Olivier Noel, expert en gestion de patrimoine depuis plus de 20 ans répondra à toutes vos questions !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.