Le compteur Linky fait l'objet de milles et une polémique. Pour autant, ce n'est pas après l'appareil en lui-même qu'en ont certains des consommateurs les plus avertis. Leurs reproches portent sur un autre aspect. Explications.
Compteur Linky : la colère d'un ancien professionnel du secteur qui en dénonce les dangersAFP
Sommaire

D’ici peu, l’intégralité des ménages Français seront équipés d’un compteur Linky. Exception faite, bien sûr, de celles et ceux qui aujourd’hui encore font barrage à l’installation de l’appareil. Ceux-là, a fait savoir Enedis, devront garder leur ancien compteur à aiguille… ce qui signifie probablement - affirme la Commission de régulation de l’énergie (CRE) - être obligé de payer un surcoût pour "prestations annexes". L’organisme estime en effet "justifié que les consommateurs qui n’ont pas laissé l’accès au compteur se voient facturer une prestation de relève à pied résiduelle, compensant les surcoûts occasionnés", rappelle Libération. Ce que nie le militant Stéphane Lhomme dans nos colonnes.

Du reste, près de 35 millions de ces dispositifs ont d’ores et déjà été installés aux quatre coins de la France. Le déploiement du Linky touche donc à sa fin, ainsi que l’a déjà expliqué Planet, ce qui ne veut pas dire que vous n’en entendrez plus parler. Au contraire ! Les reproches fusent encore et tous ne concernent pas directement le fonctionnement de l’appareil en lui-même. Récemment, c’est un ancien employé d’EDF et de ERDF qui pointait du doigt certains des problèmes inhérents à la pose du boîtier anis.

Compteur Linky : l’autre problème dont il est (trop) peu question

"Je ne suis pas contre les avancées technologiques, mais ce sont les pratiques de déploiement de ce compteur qui me choquent", attaque d’entrée de jeu Patrick Gossmann, interrogé par le journal La Voix Le Bocage, une locale du portail Actu.fr. Il explique ne plus reconnaître l’entreprise qu’il aimait pourtant "beaucoup" par le passé. Et lui de souligner qu’Enedis, dans sa recherche de profit à tout prix, aurait perdu le sens du lien client sinon toute valeur de service public, poursuivent nos confrères.

"On impose au client un produit qui est une véritable intrusion dans la vie privée de la personne", assène-t-il, non sans poursuivre : "Le citoyen consommateur n’a plus la liberté de choisir la qualité de vie dans son propre domicile". 

Hélas, le problème va aussi beaucoup plus loin. Explications.

Envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez notre formation prise en charge à 100% par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.