Le jour de liquidation de vos droits à la retraite ne doit pas se choisir au hasard. L'acte doit être mûrement réfléchi, en fonction de vos besoins et désirs. En optant pour une date d'opportunité, vous pouvez même optimiser votre future pension. Voici comment.
Date de départ à la retraite : 5 astuces pour bien la choisir

Comme 750 000 actifs chaque année, vous approchez de l’âge de la retraite ? Avez-vous réfléchi à la date d’effet qui serait la meilleure option selon votre profil ? Pour la connaître, une stratégie de fin de carrière doit être mise en place. Faire valoir vos droits à la retraite est une étape cruciale qui déterminera vos ressources pour les 20 prochaines années. Mieux vaut donc éviter les erreurs ou autres pièges qui pourraient avoir des répercussions directes sur votre niveau de vie. Pour limiter tout retard de paiement, il vous faudra en premier lieu anticiper.

Date de départ à la retraite : étudiez vos droits acquis

Via le site Info-retraite.fr, vous pouvez consulter votre relevé individuel de carrière (RIS), répertoriant l’ensemble de vos trimestres validés dans les différents régimes de retraite (général et complémentaires).

Constitution du dossier, rassemblement et vérification des informations transmises, correction des erreurs… Ces différentes étapes prennent du temps. Raison pour laquelle vous devez vous y prendre entre 3 et 6 mois à l’avance. D’autant que les délais de traitement peuvent être longs. Lors de votre demande en ligne, vous devrez aussi indiquer une date d’effet, point de départ officiel de votre retraite.

Avant de la choisir, vérifiez à quelle date vous atteindrez le taux plein. Il convient en effet d’avoir un nombre minimal de trimestres cotisés (selon votre date de naissance) pour profiter d’une pension sans décote et partir à l’âge légal, qui est aujourd’hui de 62 ans. Il en faut 168 trimestres pour les personnes nées jusqu’en 1963 et 172 pour celle nées après 1973.

Il vous manque un ou deux trimestres ? Comme nous le dévoilait Dominique Prévert, associé du site de conseil Optimaretraite dans un précédent article, découvrez dans notre diaporama ci-dessus les dates dites d’opportunité qui pourraient vous être favorables.

Gardez en tête que la date d’anniversaire de vos 62 ans n’est pas l’unique option

1/5
Gardez en tête que la date d’anniversaire de vos 62 ans n’est pas l’unique option

Vous gardez la main sur la date à laquelle vous voulez liquider vos droits. L’âge est certes fixé à 62 ans, mais 3 choix s’offrent à vous, rappelle Dominique Prévert :

- "Vous pouvez décider d’un départ anticipé si vous bénéficiez d’un dispositif carrière longue."

- "Vous pouvez partir pile poil à l’âge légal de la retraite si vous avez acquis le nombre de trimestres nécessaires (taux plein)."

- "Vous pouvez aussi rester dans votre entreprise au-delà de l’âge légal, nombre de trimestres requis atteint ou non, pour des raisons personnelles, affectives, psychologiques ou économiques. Car la différence de pouvoir d’achat entre votre salaire et votre pension de retraite peut être conséquente. En continuant de travailler, vous pouvez donc, à court terme, avoir des revenus plus élevés, tout en générant de nouveaux droits à la retraite, jusqu’à 63,64 ou 65 ans. Cela vous permettra d’avoir une surcote non négligeable."

Reculez votre date de départ d’un mois pour obtenir un trimestre de retraite supplémentaire

2/5
Reculez votre date de départ d’un mois pour obtenir un trimestre de retraite supplémentaire

Vous pouvez décider de partir n’importe quel premier jour d’un mois civil suivant son 62ᵉ anniversaire. Toutefois, certaines dates dites d’opportunité sont bien plus avantageuses pour le calcul de vos droits. 

"Selon le profil de carrière, souvent, nous préconisons de partir le 1ᵉʳ jour d’un trimestre civil", conseille Dominique Prévert. "Par exemple, si vous partez le 1ᵉʳ juillet au lieu du 1ᵉʳ juin, vous bénéficiez d’un trimestre de plus. Cela correspond à une surcote d’1,25% sur votre pension, plus un mois de salaire et quelques points Argirc Arrco supplémentaires." Reculer votre date de départ d’un mois peut donc vous être favorable.

Partez le 1er janvier pour annuler votre plus mauvaise année

3/5
Partez le 1er janvier pour annuler votre plus mauvaise année

Vous envisagiez de partir en fin d’année ? Il peut être avantageux de repousser votre départ en début d’année suivante. "Le régime de base s’appuie sur les 25 meilleures années pour calculer le salaire annuel moyen. Or, la dernière année, qui offre souvent la rémunération annuelle la plus élevée, n’est prise en compte seulement si elle a été accomplie en totalité. Ainsi, mieux vaut partir le 1ᵉʳ janvier que le 1ᵉʳ décembre pour augmenter le calcul de votre pension", recommande l’expert. "Même si cela ne vient rajouter que 20 à 30 euros par mois, sur la durée, cela revient à des milliers d’euros sur 20 ou 30 ans d’espérance de vie."

Baissez vos impôts en répartissant vos revenus sur deux années fiscales différentes

4/5
Baissez vos impôts en répartissant vos revenus sur deux années fiscales différentes

"Vous pouvez lisser vos revenus exceptionnels (congés payés, soldes de tout compte, prime de départ…) et optimiser votre facture fiscale", indique Dominique Prévert.

"Vous vous apprêtiez à partir en fin d’année ? Il peut être judicieux de repousser votre départ l’année suivante, afin de répartir vos revenus sur deux années fiscales différentes", ajoute-t-il. Au lieu du 1ᵉʳ janvier, partez plutôt le 1ᵉʳ février. Les revenus à la retraite étant moindre, vous pourrez ainsi étaler vos revenus exceptionnels liés à la fin de carrière, en étant soumis à une tranche d’imposition moins forte l’année suivante (1 mois de salaire et 11 mois de pension retraite).

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.