Banque qui fait faillite : que peut-il arriver à votre argent ?Istock
Votre banque pourrait-elle faire faillite dans les jours, les semaines ou les mois à venir ? Question plus importante encore : qu'advient-il, dans ce cas, de votre argent ?

C’est un scénario qui a de quoi tarauder tous les contribuables. Que se passe-t-il, très concrètement, quand la banque à qui vous avez confié vos précieux (et difficiles à gagner !) deniers fait faillite ? Est-il encore possible, dans ce cas de figure, de revoir la couleur de son argent ? Fort heureusement, le risque n’apparaît particulièrement élevé, comme a d’ores et déjà pu l’expliquer Planet par le passé. Plus rassurant encore, peut-être : il a aussi été envisagé par les autorités. Cela signifie-t-il que vous pourrez bénéficier du remboursement de vos bas-de-laine, le cas échéant ? Explications.

En France, un organisme a même été créé pour assurer aux Françaises et aux Français la bonne gestion de leurs économies. Il s’agit du Fonds de garantie des dépôts et de résolution (FGDR), qui est chargé de protéger les économies des uns et des autres. Chaque établissement bancaire domicilié en hexagone paye des cotisations auprès de ce dernier. Pour autant, cela ne signifie pas que les clients pourraient récupérer l’intégralité de leurs économies en cas de problème, informe Le Parisien sur son site.

Fonds de garantie des dépôts et de résolution : combien pouvez-vous espérer récupérer ?

En pratique, poursuivent nos confrères, le Fonds de garantie des dépôts et de résolution garantit jusqu’à 100 000 euros par Français et par compte, si la banque concernée est française ou dispose d’une filiale française

Ceci étant dit, le FGDR ne protège pas particulièrement l’épargne des contribuables. Le Livret A et son petit frère le LDDS, ainsi que le LEP, sont tous garantis par l’Etat ce qui signifie que l’ensemble des fonds est reversé aux bénéficiaires en cas de soucis. L’assurance-vie dépend de l’assureur et non de la banque, de même que le fameux PER. Seuls certains investissements en bourses peuvent être couverts par l’organisme… et le remboursement est plafonné à 70 000 euros.