Interpellé mardi 13 octobre par les forces de l'ordre pour le meurtre de Victorine dartois, après le témoignage d'un de ses proches, Ludovic Bertin, 25 ans, a fini par avouer les faits. Il a été mis en examen pour "meurtre précédé d'une tentative de viol". L'a-t-il aussi enlevée et séquestrée ?
Mort de Victorine : un rapt avant le meurtre ? Ce détail sur les circonstances du crime qui intrigueAFP

Des aveux non satisfaisants. Ludovic Bertin, principal suspect du meurtre de Victorine Dartois, a été mis en examen jeudi 15 octobre 2020 à Grenoble pour "meurtre précédé d'une tentative de viol". C’est le signalement d’un proche, à qui le jeune père de famille se serait confié, qui a mis les enquêteurs sur sa piste. Avant son interpellation le mardi 13 octobre à Villefontaine par le GIGN, les gendarmes de la SR de Grenoble ont effectué plusieurs recoupements afin de confirmer leurs soupçons. Une partie de son ADN a été retrouvé sur les affaires de la victime. Si l’homme de 25 ans, qui encourt une peine de réclusion criminelle à perpétuité, a avoué certains faits, plusieurs zones d'ombres persistent…

Décès de Victorine : il nie tout mobile sexuel

Ni le parquet, ni la famille Dartois ne croient à ses explications, dont Boris Duffau, procureur de la République adjoint de Grenoble, s’est fait l’écho devant la presse, jeudi 15 octobre :

"Il y aurait eu dispute après une bousculade involontaire, il aurait paniqué, lui aurait serré le cou et aurait ensuite déposé le corps inanimé dans le torrent."

Les conclusions de l'autopsie évoquent en effet des ecchymoses au niveau du cou et confirment l'étranglement, ainsi que la mort par noyade.

Or, comme l’a fait remarquer lors d’une déclaration presse Me Kelly Monteiro, l’avocate de la famille Dartois, "on n'étrangle pas une jeune fille parce qu'on l'a bousculée". D'autant que la jeune fille de 18 ans était selon ses proches, "gentille et pas agressive". Elle ne se serait ainsi "pas emportée" pour un tel geste, de surcroît involontaire. "Tout laisse à penser que le mobile est sexuel", a ajouté l’avocate.

D’ailleurs, lorsque le corps de l’étudiante en BTS a été découvert, son pantalon a été "retrouvé baissé à ses pieds", a précisé Boris Duffau. Pourtant, le suspect, "nie tout mobile sexuel".

Pour Kelly Monteiro, ses "déclarations parcellaires", "posent des questions". Les enquêteurs sont aussi de cet avis… Que cache alors le jeune entrepreneur ?

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Vidéo : Essonne : il tente de kidnapper une enfant de 6 ans dans un chariot au carrefour

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.