Claudia Carmona a conçu en 2012 un archet pour un musicien de l'Opéra de Paris. Perdu par La Poste la même année, cette dernière l'a finalement retrouvé pour le mettre aux enchères. L'archetière est en passe de porter plainte.

La Poste serait-elle passée du côté obscure de la force pour faire de la recel de biens ? Claudia Carmona, archetière de profession, ne le sait pas mais a tout de même pris la décision de saisir le juge civil afin de porter plainte pour vol, révèle Sud-Ouest. Cette dernière a en effet été la malheureuse victime d'un larcin d'une valeur de 3500 euros. Ce qui lui a été subtilisé dans les locaux de l'entreprise ? Un archet réalisé en 2012 pour un violoncelliste de l'Opéra de Paris. Deux ans après avoir signalé la disparition du bien, c'est sur Le Bon Coin que la femme retrouve son précieux césame. Elle y apprend, par le vendeur, que c'est La Poste elle même qui a mis l'archet aux enchères.

Publicité
La Poste se dédouaneL'archetière et le violoncellliste avaient au préalable déposé une réclamation et porté plainte auprès des services de police. Seul le musicien aura été dédommagé par La Poste à hauteur de... 50 euros, révèle le site. Mais l'entreprise de distribution du courrier se dédouane de cet impair. Jamais depuis l'incident elle n'a apporté de réponse à la victime se demandant simplement comment ce genre de choses pouvait se produire. "À aucun moment, au cours des échanges avec le service clients, la valeur de l’archet n’a été mentionnée", se défend d'ailleurs l'entreprise avant de rappeler qu'elle n'est pas "spécialiste de l’estimation des objets trouvés".

Vidéo sur le même thème : Une enchère rarissime pour un stradivarius

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet