Sur Facebook, un homme affirme que son frère a été agressé pour avoir défendu des jeunes filles agressées dans la rue. Pourtant, elles n'ont pas la même version des faits... Explications.
Augustin agressé à Lyon : les versions se contredisentLa place Bellecour à LyonAFP

De jeunes garçons qui agressent plusieurs personnes, un adolescent qui est frappé pour les avoir défendues. L’histoire racontée ces derniers jours sur les réseaux sociaux rappelle celle de Marin Sauvajon, laissé pour mort en 2016 après avoir défendu un couple pris à partie par cinq jeunes parce qu’il s’embrassait à Lyon. Dans le coma pendant onze jours, victime d’un grave traumatisme crânien, il présente toujours des lésions cérébrales. En 2019, il a reçu la légion d’honneur des mains d’Emmanuel Macron pour son acte héroïque.

Affaire Augustin : agressé pour avoir défendu des jeunes filles ?

Quatre ans après, c’est désormais l’"affaire Augustin"qui fait parler d’elle, mais les circonstances sont plus floues. Tout a commencé dimanche 23 août par le témoignage d’un homme sur Facebook, qui affirme alors que son petit frère de 17 ans, qui se prénomme Augustin, a été victime d’une agression place Bellecour à Lyon dans la soirée du vendredi 21 août. D’après lui, "un groupe de cinq racailles colorées [ce sont ses mots, NDLR] ont commencé à agresser des filles". Son petit frère aurait alors pris la défense des adolescentes et aurait été agressé pour s’être interposé. "A cinq contre lui avec tout l’honneur d’un homme, ils l’ont fracassé gratuitement sans que personne n’intervienne, ni pour les filles, ni pour lui", conclut-il.

Frappé à plusieurs reprises, le jeune Augustin "a plusieurs dents cassées, une fracture de la mâchoire et doit se faire opérer des cervicales", ajoute le jeune homme sur Facebook. Ni une, ni deux, de nombreuses personnalités politiques ont partagé l’histoire du jeune homme. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez a par exemple salué sur Twitter "le courage admirable du jeune Augustin" qui "mérite que la violence de ses agresseurs soit frappée lourdement". Des personnalités locales du Rassemblement national, comme Julien Odoul et Agnès Marion, ont également réagi à cet événement. Seulement, les faits relatés sur Facebook seraient assez éloignés de la réalité…

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.