Alors que François Hollande a tenu jeudi un discours pour commémorer le centième anniversaire de la Première guerre mondiale, Marine Le Pen a cru, à tort, que le président avait commis un impair. Plus de détails.

©AFP

Hors sujet. François Hollande a donné jeudi le coup d’envoi des commémorations du centième anniversaire de la Grande guerre. Et alors que son discours a fait l’unanimité au sein de l’opposition, Jean-François Copé ayant même salué les mots prononcés par le président de la République, Marine Le Pen a, elle, trouvé à redire. Et la présidente du Front National n’a pas manqué de le signaler sur Twitter. Seulement ce que cette dernière avait, semble-t-il, pris pour une occasion de tacler le chef de l’Etat n’était en réalité qu’une phrase sortie de son contexte.

2014 marquera également le 70E anniversaire de la Libération en 1944"Commémorer c’est souligner l’héroïsme discret du Résistant, saluer la dignité du Juste qui cache un Juif au péril de sa vie", avait en effet posté la présidence sur son compte Twitter. Ce que Marine Le Pen a aussitôt commenté sur le même réseau social : "On a touché le fond, l’Elysée mélange la première et la deuxième guerre mondiale… ". Et si le tweet de l’Elysée pouvait effectivement laissé penser que François Hollande s’était emmêlé les pinceaux, il fallait pourtant le considérer dans son contexte :  2014 serait non seulement l’année du centième anniversaire de la Grande guerre et du soixante-dixième de celui de la Libération en 1944. Ce que le chef de l’Etat avait d’ailleurs bien précisé en déclarant en amont : "Nous sommes au seuil de cycles commémoratifs d’une importance exceptionnelle pour notre pays, mais aussi pour l’Europe et le monde". Mais ces quelques mots ont visiblement échappé à Marine Le Pen...

Publicité