Remise à plat du système fiscal, réorganisation de l'administration de Bercy... Entre Jean-Marc Ayrault et Pierre Moscovici des désaccords existent. Cependant le ministre de l'Economie écarte l'hypothèse d'une brouille avec le Premier ministre ce lundi sur Europe 1.

Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie, a déclaré ce lundi au micro d'Europe 1 que "les relations entre Matignon et Bercy sont excellentes". A propos de sa possible brouille avec le Premier ministre, Pierre Moscovici assure qu'il n'a "jamais été fâché avec Jean-Marc Ayrault. Jamais, Jamais !". Au regard de plusieurs sorties médiatiques des deux membres du gouvernement, force est de constater certains désaccords.

"Ayrault a humilié Moscovici"

Dans une interview accordée aux Echos le 19 novembre dernier, le Premier ministre annonçait une remise à plat du système fiscal français. D'après le Monde, cette proposition a été présentée par Jean-Marc Ayrault sans que le titulaire de Bercy n'en soit informé. Deux semaines plus tôt, sur le plateau de RMC-BFMTV, Pierre Moscovici est intérrogé par le journaliste Jean-Jacques Bourdin. "Le gouvernement n'a pas de volonté de bouleverser le système", dit-il. Aujourd'hui, le ministre de l'Economie a affirmé dans les studios d'Europe 1 qu'il est "totalement investi dans la remise à plat de la fiscalité".

Publicité
La possible réorganisation de l'administration liée au ministère de l'Economie est aussi à l'origine d'un conflit probable. Le 20 novembre, Jean-marc Ayrault fait fuiter dans le Monde sa volonté de remplacer le directeur du trésor et celui du budget. Deux jours plus tard, à Bruxelles, Pierre Moscovici manifeste son "estime" et son "respect" à Ramon Fernandez, directeur du Trésor. "Si changements il y a, ils doivent se faire en conseil des ministres, sous la responsabilité du ministre compétent", souligne l'ancien soutien de DSK. Dans des propos rapportés le même jour par le quotidien, un conseiller de François Hollande déclare qu' "Ayrault a humilié Moscovici".

A revoir en vidéo - Affaire Cahuzac : Pierre Moscovici défend le ministère de l'Economie

Publicité