Le mariage entre Jean-Louis Borloo et François Bayrou, qui doit voir se rapprocher le MoDem et l'UDI, se fait attendre. Annoncée dans un premier temps en fin de semaine dernière, l’alliance sera au final probablement signée après les vacances de la Toussaint.

© AFP

"Le contrat de mariage est prêt", assurait la semaine dernière François Bayrou, pourtant l’alliance n’est toujours pas signée. Quelques questions restent aujourd’hui sans réponse, notamment sur le nom que portera le rapprochement entre l’UDI et le MoDem, ou encore la date de ce mariage.

La date

Annoncé pour la semaine dernière par François Bayrou, le mariage n’a finalement pas eu lieu. En effet, "la charte n'est pas finalisée", a indiqué jeudi dernier l'entourage de Jean-Louis Borloo. On parle désormais d’un rapprochement qui aura lieu après les vacances de la Toussaint. Les dates du 5 et du 6 novembre sont celles qui ressortent le plus. Une fois l’alliance signée, les leaders de l’UDI et du MoDem se présenteront lors d’un JT de 20 heures.

Le nom de l’alliance

Selon Jean-Louis Borloo, le leader de l’UDI, cette alliance représente une "alternative" au Front national. "L’alternative" sera-t-il le nom donné à ce mariage politique ? Les marques MoDem et UDI devraient perdurer. "Aucune des deux formations ne veut perdre son identité", a déclaré François Bayrou.

La question de la présidentielle

Depuis le début du rapprochement, il est convenu qu’un seul candidat centriste se présentera à la présidentielle de 2017. Ce candidat unique devrait être désigné par une "procédure démocratique". Il ne s’agirait pas de "primaires" mais d’un vote des adhérents.

Une alliance avec le PS proscrite

Jean-Louis Borloo tient absolument à ce que ce mariage politique centriste s’inscrive dans l’opposition. Il souhaite donc que l’alliance avec la majorité socialiste soit interdite.

De son côté, François Bayrou se dit être d’accord avec cette concession, mais il ne souhaite pas que cette condition soit écrite dans la chartre. Le leader du MoDem qui avait appelé à voter pour François Hollande au second tour de 2012, multiplie désormais les attaques contre le chef de l’Etat.

"J'attends que les élus MoDem alliés au PS dans les collectivités territoriales fassent un choix : la rupture avec la gauche ou le refus d'une convergence avec l'UDI. Pour moi, il ne sera pas possible de participer à un rapprochement sans cette clarification", a déclaré l'ancien ministre François Sauvadet désormais à l'UDI.

Publicité
Le MoDem, déjà allié au PS dans les municipalités de Lille et de Dijon, réfléchit également à un rapprochement à Carpentras, Cavaillon et  à Marseille, où l'eurodéputé Jean-Luc Bennahmias entend bien faire barrage au maire UMP sortant Jean-Claude Gaudin. Or, il s'agit d'un "point non négociable", selon Jean-Louis Borloo.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité