Vidéos Argent/Bourse
L'Eurostat vient de publier les chiffres des acquisitions de nationalités en Europe en 2014. Selon ces derniers, l'Espagne serait le pays qui aurait naturalisé le plus d'étrangers. Près de 206 000 naturalisations ont été effectuées. Cela représente tout de même 5% de la population étrangère recensée sur le territoire espagnol. Il faut le dire, les conditions de naturalisation en Espagne sont plutôt souples, surtout pour les ressortissants des anciennes colonies du royaume. Après l'Espagne, on retrouve l'Italie et le Royaume-Uni. Parmi les principaux Etats récipiendaires, le Maroc. 92 700 Marocains ont reçu la nationalité européenne en 2014. Près de 90% d'entre eux sont devenus Espagnols, Italiens ou Français. Suivent ensuite les Albanais, qui préfèrent plus devenir Italiens ou Grecs. Enfin viennent les Turcs qui optent plus pour la nationalité allemande. - La mise au net de Pierre Kupferman, rédacteur en chef de BFMbusiness.com. - 12h L'heure H, du mercredi 15 juin 2016, présenté par Hedwige Chevrillon et Gui
Société
Conditions, durée de résidence, cas exceptionnels… Voici tout ce qu’il faut savoir sur cette méthode pour obtenir la nationalité française.  
Insolite
Un habitant de Belfort, en Bretagne, veut obtenir la répudiation de sa nationalité française, ce vendredi au tribunal d’instance de Rennes, pour obtenir la nationalité bretonne.
Vidéos à la une
Salah Abdeslam, l'un des présumés suspects des attentats du 13 novembre, a été arrêté vendredi dernier en Belgique. D'origine marocaine, cet homme n'a qu'une seule nationalité: française. Hier, sur BFMTV, Marion Maréchal-Le Pen a suggéré la déchéance de nationalité pour ce dernier. Laurent Neumann trouve les propos de la députée du FN bizarre puisqu'elle a été contre le texte lors de son vote à l'Assemblée nationale. Et en l'état actuel de la loi, Salah Abdeslam ne peut pas être déchu de sa nationalité. Eric Brunet, en tant que citoyen, ne souhaite pas que cet homme demeure Français. Son arrestation permet d'ailleurs de comprendre la véritable intention de François Hollande lorsqu'il parlait de déchéance de nationalité. - Bourdin Direct, du lundi 21 mars 2016, sur RMC.
Société
Après la récente diffusion d’une vidéo insoutenable dans un abattoir du Gard, l’ancienne actrice a écrit une lettre virulente au ministre de l’Agriculture dont elle réclame la déchéance de sa nationalité.
Vidéos à la une
BFMTV était reçue à Matignon mercredi soir pour une émission exceptionnelle où Manuel Valls a donné une interview en direct. Il est revenu sur le débat autour de l'extension de la déchéance de nationalité aux personnes reconnues coupables d'actes terroristes. "Il y a une condition qui doit être très claire la France ne peut pas créer des apatrides, c'est-à-dire des personne sans nationalités. Cela ne serait pas conforme à l'image, aux valeurs et surtout aux engagements internationaux de la France", a assuré le Premier ministre.
Vidéos à la une
Le ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a réaffirmé, mercredi dans Politique matin, la volonté du gouvernement de déchoir la nationalité des personnes convaincues de crimes terroristes. "Il faut qu'on cadre la mesure pour qu'elle soit circonstanciée. Ce sont des terroristes condamnés qui devront être déchus de leur nationalité, a confirmé Stéphane Le Foll avant de conclure. On cherche simplement à répondre à la question politique : peut-on rester Français quand on tue des Français et qu'on prend les armes contre la France ? Non !"
Vidéos à la une
Jack Lang, président de l'Institut du monde arabe et, était l'invité de Nathalie Levy lundi soir sur BFMTV. Il a précisé sa position au sujet de la déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés pour actes terroristes. L'ancien ministre de la culture a indiqué qu'en l'état, il n'était pas "très favorable à cette mesure". Mais il comprend que dans le cadre d'un combat contre le terrorisme on propose une révision constitutionnelle, en particulier la consolidation de l'état d'urgence.
Vidéos à la une
Hervé Gattegno a dressé le bilan politique de 2015. Selon lui, ce fut une année très sombre. Entre l'échec du gouvernement face au chômage, à la crise des migrants et à la menace terroriste, on a pu fortement ressentir l'impuissance de la France. C'est dire que les dirigeants n'ont pas su relever les défis que les Français ont attendu. - Bourdin Direct, du jeudi 31 décembre 2015, sur RMC.
Vidéos à la une
Manuel Valls et François Hollande seraient peut-être moins isolés que ce que disent leurs détracteurs sur leur projet d'extension de la déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés pour actes terroristes. Un sondage Elabe réalisé pour BFMTV montre que 86% des sondés sont favorable à ce projet de révision constitutionnelle du gouvernement.
Vidéos à la une
Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice du Parti socialiste, était l'invitée de BFMTV ce mercredi soir. La représentante de l'aile gauche du parti s'est positionnée contre l'extension de la déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés définitivement pour terrorisme. Le chef de l'État a, quant à lui, conservé cette mesure dans la proposition de réforme constitutionnelle. Pour l'élue PS, François Hollande l'a conservée pour "son image, son petit intérêt, l'idée que son autorité est renforcée".
Vidéos à la une
Georges Fenech, député Les Républicains, était l'invité de BFM Story ce mercredi. L'élu LR est revenu sur les dissonances au sein du gouvernement sur l'extension de la déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés définitivement pour terrorisme. Christiane Taubira s'était prononcée contre mardi, mais Manuel Valls a annoncé mercredi que cette mesure ferait partie de la réforme constitutionnelle. "Je crois que ça s'est joué au dernier moment. Je pense que le président de la République a dû comprendre, in extremis juste avant le Conseil des ministres, qu'il ne pourrait pas retirer sa parole de chef de l'État devant le Congrès", a estimé le député.
Vidéos à la une
Thierry Mariani, député Les Républicains, s'est exprimé ce mercredi sur BFMTV à propos de la polémique sur Christiane Taubira. La ministre de la Justice a annoncé mardi soir que l'extension de la déchéance de nationalité aux binationaux ne ferait pas partie de la réforme constitutionnelle. Cette mesure, qui concernerait les personnes définitivement condamnées pour terrorisme, a pourtant été proposée de nouveau ce mercredi par le gouvernement. "C'est une baffe phénoménale qui lui est donnée en public (...) Quand on est ministre on la ferme où on claque la porte. Là, elle devrait claquer la porte", a jugé l'ancien ministre des Transports.
Vidéos à la une
Eric Ciotti, député les Républicains des Alpes-Martimes, a réagi mercredi midi sur BFMTV à la décision du gouvernement de maintenir la déchéance de nationalité aux binationaux nés en France et reconnus de terrorisme dans le projet de révision de la Constitution. Il a, en particulier, mis en doute la capacité de la ministre de la Justice Christiane Taubira à porter cette réforme. "C'est manifestement madame Taubira qui a parlé trop vite. J'ai écouté la garde des Sceaux qui porte ce projet de loi constitutionnelle qui a annoncé hier officiellement a fortiori depuis l'étranger qu'il n'y aurait pas la déchéance de nationalité dans ce texte", a-t-il expliqué en faisant référence à une interview sur une radio algérienne. "C'est une question de cohérence comment peut-elle défendre un projet de loi dont elle a critiqué le contenu? Après le revirement qui est intervenu ce matin, madame Taubira doit quitter ce gouvernement", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Le 16 novembre, François Hollande avait annoncé devant les parlementaires réunis en congrès la déchéance de la nationalité pour les binationaux nés Français, reconnus coupables d'actes terroristes. Le chef de l'Etat a décidé de ne pas inscrire cette mesure dans le projet de réforme constitutionnelle que le gouvernement doit adopter demain. D'après Apolline de Malherbe, il s'est piégé tout seul car il savait dès le début que cette idée venait de la droite. Maintenant, quoi qu'il décide sur la déchéance de nationalité cela lui sera reproché, que ce soit par les partisans d'une telle mesure symbolique, s'il l'abandonne, ou ses opposants, s'il la maintient. - Bourdin Direct, du mardi 22 décembre 2015, sur RMC.
Vidéos à la une
Italie - 13/17 septembre 2015 - Elle était prête à tout pour faire naître son bébé en Europe. Ester Terry, une Nigériane de 24 ans a traversé la Méditerranée dans un bateau de fortune, et sur le point d'accoucher. Secourue par les garde-côtes italiens, elle a finalement donné naissance à un petit garçon sur le bateau de sauvetage. Transférée dans un hôpital de Sicile, Ester souhaitait que son fils obtienne la nationalité italienne. Selon le droit de la mer, l'enfant devrait avoir la même nationalité que celle du bateau sur lequel il est né, italienne donc. Problème, dans ce pays, il faut avoir un parent né sur le territoire pour devenir Italien, ce qui n'est pas le cas pour le petit Khalifa. La nationalité du bébé est donc liée à celle de sa mère. Si sa demande d'asile est rejetée, Ester Terry et son petit garçon risquent d'être renvoyés au Nigeria.
Vidéos à la une
Le 20 janvier, le discours Lassana Bathily a été retransmis en direct sur BFMTV.
Vidéos à la une
Le 20 janvier, le discours du Premier ministre Manuel Valls, a été retransmis en direct sur BFMTV.
Vidéos à la une
Sofia grandit dans l'insouciance de ses dix ans dans la banlieue d'une petite ville française. Une nuit, son père décide soudainement d'emmener toute sa famille vivre au Maroc , de retourner ver s ses racines . Perdue dans ce pays qui n'est pas le sien, Sofia n'aura de cesse de renouer le lien avec cette France qui l'a vue naître.
Vidéos à la une
Le face à face a opposé Barbara Pompili, co-présidente du groupe EELV à l'Assemblée nationale et Edouard Philippe, député UMP de Seine-Maritime. Retour sur le discours de François Hollande lors de l'inauguration du musée de l'immigration, à Paris, le 15 décembre. Le Président de la République a défendu Schengen et le droit de vote des étrangers aux élections locales.
Sport
Jean-Marie Le Pen, président d'honneur du Front National, a ovationné l'équipe de France et la Mannschaft pour avoir décroché ce lundi leur qualification en quarts de finale. Plus étonnant, les Fennecs algériens aussi ont été félicités.
Politique
Interrogée sur les débordements constatés en marge de la qualification de l'Algérie, Marine Le Pen a livré son analyse pour endiguer le problème. Pour elle, il s'agit de "mettre fin à la double nationalité".
Vidéos à la une
La Cour européenne des droits de l'homme a condamné la France, jeudi, pour la non reconnaissance des enfants nés de mères porteuses à l'étranger. Pour Fabienne, mère biologique de deux enfants nés de mère porteuse, c'est un véritable soulagement. Ces deux enfants n'ont pas d'Etat civil français, ils ont toujours la nationalité canadienne, leur pays de naissance. Légalement, ils n'ont pas de parents: leur reconnaissance de leur existence aux yeux de l'Etat va littéralement changer leur vie.
Actualités
Une joueuse française de l'Euro Millions dénonce l’inégalité des chances de gagner à la loterie européenne. Selon elle, cette inégalité dépend de la nationalité des joueurs. Ainsi, les parieurs espagnols et portugais auraient plus de chance de gagner que les français.
Vidéos à la une
Micro-trottoir auprès des essonniens pour savoir s'ils pensent qu'il faudrait retirer la nationalité française aux djihadistes français.
Politique
Alors que Leonarda a annoncé que sa famille prévoyait de revenir en France, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a clairement dit non à un éventuel retour de la collégienne expulsée en janvier dernier. "Cette famille n’aura pas sa place en France, point à la ligne", a déclaré le ministre ce mercredi matin sur France Info.
Société
Expulsée de France, Leonarda Dibrani réside actuellement au Kosovo avec sa famille. Selon Valeurs Actuelles, cette dernière aurait entamé une série de procédures afin de revenir sur le territoire français.
Insolite
Un pharmacien de Pau (Pyrénées-Atlantiques) a été mis en examen et écroué pour une fraude à la sécurité sociale évaluée à 1,5 million d’euros, à déclaré ce vendredi le procureur de la République de la ville.
Politique
Passée maîtresse dans l'art de faire le "buzz", Christine Boutin a trouvé le moyen de faire encore parler d'elle. Par le biais d'un communiqué diffusé aujourd'hui, elle laisse entendre qu'Alain Delon soutient officiellement sa campagne.

Pages

Publicité