Un homme emprisonné en Charente-Maritime est soupçonné d'avoir organisé le kidnapping et le viol de sa fille de 9 ans. Elle a été sauvée juste à temps...
IllustrationAFP

Un père pédophile tente de faire enlever et violer sa fille : un acte commandité depuis sa prison

Un homme, condamné à dix ans de prison pour viols sur mineurs et incarcéré au centre de détention de Bédenac (Charente-Maritime), est soupçonné d’avoir commandité l’enlèvement et le viol de sa propre fille âgée de 9 ans, révèle Le Parisien.

Depuis la maison d’arrêt, le père de l’enfant fréquentait un site à caractère pédopornographique sur le Darknet. Sur cette plateforme, l’homme recherchait un individu violent pour kidnapper sa fille et lui faire subir des sévices sexuels. Les enquêteurs spécialisés dans la lutte contre la pédophilie sur le Darknet ont repéré l’activité de ce détenu lors d’une "cyber-patrouille".

Ils ont alors décidé d’examiner les échanges jusqu’à ce qu’un autre pédophile réponde positivement à cette annonce. A ce moment-là, le parquet de Saintes (Charente-Maritime) a ouvert une information judiciaire, et les déplacements du volontaire, déjà connu des services de police, ont été surveillés par la police judiciaire de Lyon.

A lire aussi : Michel Fourniret révèle la terrible raison de tous les meurtres qu’il a commis

Un père pédophile tente de faire enlever et violer sa fille : les deux hommes mis en examen

Le 10 novembre, le complice décide de mettre en œuvre son projet et quitte la région lyonnaise. Il se rend à Bordeaux où il est interpellé par les enquêteurs de la PJ de Lyon, appuyés par leurs homologues locaux, le dimanche 11 novembre avant de pouvoir se rendre au domicile de la petite fille à Montendre en Charente-Maritime.

Ce mercredi 14 novembre, les deux hommes ont été présentés à un juge d’instruction du parquet de Saintes. Ils sont mis en examen pour association de malfaiteurs en vue d'un acte criminel, tentative d'enlèvement d'une mineure de moins de quinze ans et diffusion d'images à caractères pédopornographiques, précise BFMTV.

"Les premières auditions n'ont pas abouti à la reconnaissance des faits", a indiqué Nicolas Septe, le procureur de la République de Saintes, qui a également confirmé les informations révélées par Le Parisien. Si l’instruction devra définir le rôle de chacun, il semblerait toutefois que "le père de la mineure soit le commanditaire" et le second prévenu, l’exécutant.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.