Pour un nombre considérable de spécialistes, le troisième reconfinement est inévitable. Inéluctable, même. Et il pourrait commencer dans quelques jours seulement. Explications.
Serez-vous reconfinés dès la semaine prochaine ?AFP

"Un troisième confinement est inévitable", estimait Jean-Daniel Lelièvre, chef de service des maladies infectieuses de l'Hôpital Henri-Mondor (Créteil), sur le plateau de France Inter. Une analyse qui semble faire consensus, ou presque, chez les soignants. Pour Axel Kahn, célèbre médecin généticien qui s'est récemment exprimé sur RMC et dont les propos sont repris par le Journal du Net, il n'y a plus le choix : face au coronavirus Covid-19, la mise sous cloche du pays s'avère désormais "totalement indispensable et inévitable". D'autre, parmi les personnels médicaux et para-médicaux s'inquiètent aussi des risques de contaminations des infirmiers et des médecins. C'est le cas de Martin Hirsch, le directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Or, la capacité de ces établissements à prendre en charge les malades a toujours été un élément pris en compte au moment de décider ou non de durcir les mesures sanitaires…

Ce que préconise d'ailleurs le Conseil scientifique depuis la semaine du 11 janvier 2021.

Coronavirus : l'arrivée de la troisième vague et le retour du confinement

Tout pourrait se jouer en quelques jours seulement, affirme le quotidien régional Le Progrès. En cause ? Les variants, tant britannique que sud-africain, qui circulent désormais sur le territoire hexagonal. Tous deux sont autrement plus contagieux que le SARS-CoV 2 que la France a dû affronter jusqu'à présent. 

"Le variant britannique va devenir dominant assez rapidement, on doit s'attendre à une troisième vague dans les semaines à venir", affirme en effet Vittoria Colizza, chercheuse à l'Inserm et dont les travaux inquiètent considérablement. D'après ses modélisations, l'absence de nouvelles mesures pourrait engendrer un pic des hospitalisations comparable à ceux de la première vague entre la mi-février et le début du mois d'avril… De quoi pousser le gouvernement à agir ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.