La justice l’a reconnu comme étant le père de la fille de Rachida Dati il y a deux semaines mais Dominique Desseigne continue d’assurer le contraire. Il aurait même l’intention de faire appel de la décision.

Dominique Desseigne ne compte pas en rester là. Reconnu par la justice comme étant le père de Zohra Dati, la fille de l’ex-Garde des Sceaux avec qui il a eu une liaison il y a plusieurs années, le président du groupe Barrière maintient le contraire.

Aussi aurait-il décidé de faire appel de la décision rendue il y a deux semaines par le tribunal de grande instance de Versailles. "Cette première décision de justice ne correspond pas à ce que j’ai vécu", a-t-il expliqué à l’Obsqui lui a consacré un portrait jeudi. "Le simple fait d’évoquer cette relation passée (avec Rachida Dati, ndlr) le raidit", écrit par ailleurs l'hebdomadaire à propos de l’homme d’affaires qui a toujours refusé de se soumettre à un test de paternité.

Publicité
Un homme "obsédé par la transmission et la préservation du patrimoine"Agé de 70 ans et déjà père de deux grands enfants, Dominique Desseigne accorde beaucoup d’importance à l’héritage qu’il leur laissera. "Il est obsédé par la transmission et la préservation du patrimoine", souligne l’Obs. Alors qu’il a eu Alexandre (27 ans) et Joy (24 ans),  avec sa défunte épouse, Diane Barrière, laquelle est décédée en 2001, celui-ci se plaît même à dire que les vrais héritiers du groupe ce sont eux et que lui, n’est qu’une "pièce rapportée". Je suis "encore plus vigilent pour le groupe qu’un héritier direct", aurait même confié celui qui en assure la gestion depuis plusieurs années.

 Vidéo sur le même thème - Rachida Dati insulte un journaliste 

mots-clés : Rachida dati

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité