Au moment de son décès le 16 novembre dernier, Elisa Pilarski promenait son chien Curtis. Actuellement placé dans une fourrière, l'animal aurait, depuis, mordu à deux reprises. Le point sur ce que l'on sait.
Mort d'Elisa Pilarski : son chien a mordu deux personnes depuis le drame

Il est au cœur de l’enquête depuis le drame. Le corps d’Elisa Pilarski a été retrouvé dans une forêt de l’Aisne le 16 novembre dernier, mordu à mort par des chiens. Depuis, les enquêteurs cherchent à comprendre ce qui est arrivé à cette femme enceinte de 29 ans alors qu’elle promenait son chien, comme à son habitude. Selon les résultats de l’autopsie, la mort d’Elisa Pilarski "a pour origine une hémorragie consécutive à plusieurs morsures de chien aux membres supérieurs et inférieurs ainsi qu’à la tête". Des prélèvements génétiques ont été effectués sur 67 chiens, les cinq de la victime et les animaux d’un équipage de chasse à courre, afin d’identifier les animaux impliqués. Alors que les résultats de ces analyses devraient être connus dans les toutes prochaines semaines, Curtis, le chien de la jeune femme, est de nouveau au cœur des préoccupations.

Mort d’Elisa Pilarski : son chien a mordu deux fois

Les derniers éléments concernant Curtis sont particulièrement inquiétants. Selon les informations du Parisien, le chien de la jeune femme a mordu deux fois depuis le drame. Une première fois le soir du 16 novembre, alors que Christophe – le compagnon d’Elisa Pilarski – se trouvait à la gendarmerie avec l’animal. Comme l’explique le quotidien francilien, le chien se serait retourné contre lui et l’aurait mordu à la jambe. Depuis, Curtis se trouve à la fourrière de Beauvais, où il a été placé par "réquisition judiciaire" en statut de "saisie conservatoire".

Cet incident ne serait pas isolé, à en croire Le Parisien. A la fin du mois de novembre, alors qu’il se trouvait déjà à la fourrière de Beauvais, l’animal aurait mordu une bénévole du refuge. Interrogé par le quotidien francilien, un témoin de la scène explique : "C’était extrêmement violent car, à aucun moment, le chien n’a montré de signes qu’il allait attaquer. Il n’a par exemple pas grogné". Selon ce témoin de la scène, le chien n’aurait pas juste pincé la bénévole mais aurait maintenu les mâchoires fermées sur son bras. "Il a fallu que tous ceux présents à ce moment-là fassent des pieds et des mains pour qu’il lâche prise. Et très rapidement, il est redevenu comme si de rien n’était", ajoute cette source au quotidien francilien.

Depuis le drame, Christophe Ellul n’a de cesse de défendre son chien, affirmant que ce dernier avait une relation "fusionnelle" avec Elisa Pilarski et qu’il était son "bébé". Il a plusieurs fois exprimé sa volonté de se battre pour le récupérer. Au point qu’il a décidé de changer d’avocat.

Femme enceinte dévorée : que s'est-il passé le jour de sa mort ?Femme enceinte dévorée : que s'est-il passé le jour de sa mort ?Elisa Pilarski a été tuée le 16 novembre dans une forêt de l'Aisne, mordue par des chiens. Depuis, le mystère demeure autour des circonstances de son décès. Que faisait-elle dans cette forêt ? Quand...

Bien être - Comment bien dormir malgré le confinement ?

Vidéo : Décès d'Elisa Pilarski : son compagnon Christophe réagit à propos des pétitions

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.