Le gouvernement entend réformer l'Etat de fond en comble. Et, manifestement, cela implique de pousser de nombreux fonctionnaires vers la sortie. Leur statut et son utilité sont régulièrement questionnés…
IllustrationIstock

Mais au fait à quoi sert un fonctionnaire : protéger l’usager des dérives politiques ?

Emmanuel Macron et son gouvernement souhaitent réformer durablement l’Etat et la fonction publique. C’est dans cet objectif qu’Edouard Philippe et Gérald Darmanin ont récemment évoqué différentes mesures visant, entre autre, à marginaliser un peu plus le statut de fonctionnaire : recours à davantage de contractuels, plan de départs volontaires pour les agents de la fonction publique… Ces décisions soulèvent, une fois de plus, la question du statut du fonctionnaire auquel l’exécutif a décidé de s’attaquer, au moins dans les secteurs non-régaliens.

A lire aussi : Travail des fonctionnaires : est-ce bientôt la fin ?

Le statut de fonctionnaire, souvent perçu et décrit comme un privilège, n’a pas été pensé ainsi par hasard. Il répond à plusieurs objectifs. "Le statut général des fonctionnaires date de 1946. Il constitue une réponse à l’emploi, depuis la IIIème République, de contractuels pour exercer les missions de la fonction publique", explique Luc Rouban, sociologue, directeur de recherches au CNRS qui travaille également au Cevipof et à Sciences-Po. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. "Avant la création du statut, les fonctionnaires n’avaient aucun droit sociaux ou syndicaux. Par ailleurs, les politiques faisaient peser sur eux une très forte pression : selon sa sensibilité et les autorités en place, la carrière d’un agent de la fonction publique pouvait être freinée voire stoppée net. Le politique avait le pouvoir de les remplacer et, mécaniquement, cela faisaient d’eux des agents à la solde du pouvoir politique", poursuit le chercheur.

"Le statut de fonctionnaire vise avant tout à protéger les agents et les usagers contre le clientélisme politique", analyse le sociologue. "Sa création a permis de dépolitiser la fonction publique, de la neutraliser. C’était la condition pour éviter des règlements de comptes politiques autant que pour garantir l’égalité des usagers devant la loi. C’est pour cela que la fonction publique n’entretient pas un rapport commerçant avec les citoyens. Elle ne fournit pas une prestation comme le fait le privé, parce que celui-ci est en droit de refuser tel ou tel type de clientèle selon ses propres critères comme la richesse ou la catégorie sociale. C’est à ce prix là qu’elle est en mesure d’assurer des missions d’intérêt général", poursuit-t-il.

Vidéo : Fonction publique de l’Etat : combien gagnent vraiment les fonctionnaires ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.