A-t-on eu la peau des fonctionnaires ? Selon Frédéric Farah, économiste et enseignant chercheur à Panthéon-Sorbonne, leur fin est proche…

La fin des fonctionnaires : une fonction publique condamnée d’ici 5 à 10 ans ?

Pour pouvoir supprimer 32 000 postes, le gouvernement entend mettre fin aux régimes dérogatoires. Ils offrent la possibilité à certains fonctionnaires territoriaux de travailler moins longtemps que la durée annuelle légale, soit 1607 heures par an, rappelle Marianne. L’exécutif a d’ailleurs inscrit sa volonté de supprimer 70 000 fonctionnaires issus des collectivités locales d’ici 4 ans dans son projet de loi finance 2019 (PLF 2019). De son côté, la ministre des sports Roxana Maracineanu a récemment annoncé que les conseillers techniques sportifs ne seraient "plus forcément fonctionnaires", rapporte Le Monde.

Publicité
Y a-t-il vraiment de quoi inquiéter la fonction publique ? Pour Frédéric Farah, économiste affilié au PHARE, enseignant-chercheur à la Sorbonne, oui. "On court le risque d’une disparition de la fonction publique. Si les choses continuent à ce rythme, elle pourrait mourir d’ici 5 à 10 ans", estime-t-il. Toutefois, selon le chercheur, tous les fonctionnaires ne sont pas concernés. "Ce que Bourdieu appelle la main droite de l’Etat, soit la haute fonction publique, restera protégée et aux commandes. C’est elle, d’ailleurs, qui impose des réformes particulièrement drastique à la main gauche de l’Etat, les corps intermédiaires comme les cheminots, les postiers ou les encore les enseignants", explique l’économiste. "Toute la protection induite par le statut, les fonctionnaires de catégories A, A+, la conserveront. Mais ils seront les seuls."

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité