Le gouvernement pourrait retravailler les restrictions sanitaires en place, mais il préfère ne pas le faire tout de suite. Sauf dégradation de la situation épidémiologique, il entend attendre un rendez-vous bien particulier… 
Confinement, déplacements, couvre-feu : on connaît la date des nouvelles restrictionsAFP

La situation épidémiologique n'est peut-être pas très engageante, mais au moins ne se dégrade-t-elle plus réellement ! C'est en tout cas le constat que semble faire l'exécutif, affirme BFMTV sur son site. Certes, les hôpitaux sont très fortement sollicités - si pas complètement saturés -, ainsi que le précisait récemment une note de la Direction générale de la Santé. Et les contaminations sont encore très élevées. Mais tout cela tend à se stabiliser. Il n'en faut d'ailleurs guère plus à certains pour annoncer la réussite du pari du président… Qui a coûté, hélas, environ 400 vies par jour d'après les médecins qui réclamaient alors un confinement.

C'est pourquoi, dans l'immédiat, le gouvernement n'entend pas revoir les mesures de restriction des déplacements qui pèsent sur les Françaises et les Français. Le couvre-feu national porté à 18h devrait donc demeurer pertinent encore un moment. Sauf, bien entendu, si la France fait face à un imprévu. Compte tenu de toutes les incertitudes qui accompagnent cette épidémie, l'exécutif préfère se laisser une ouverture. Le statu quo dépendra donc de l'évolution sanitaire et tout particulièrement des variants qui, peu à peu s'installent de plus en plus durablement sur le territoire français. 

Coronavirus : faut-il s'attendre à moins de restrictions sanitaires dans les semaines à venir ?

Sauf problème, donc, l'exécutif anticipe la montée d'un débat sur l'acceptabilité sociale des mesures de restriction des déplacements. Et envisage, mécaniquement, un possible "desserrement". 

"Si on est toujours sur cette logique de courbe descendante, le débat va monter dans l'opinion sur un allègement des mesures. Il faudra répondre aux attentes légitimes qui monteront, dans l'opinion et dans les médias, sur un desserrement à minima de l'étau", affirme en effet l'un des conseillers contactés par nos confrères. En l'état actuel des choses, cependant, ce n'est pas encore le sujet.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.